Faut-il être amoureux•se pour faire l’amour ?

Faut-il être amoureux·se pour faire l’amour ou faire l’amour rend-il amoureux·se ? Vaste question qui nécessite une enquête approfondie. La femme en général est perçue comme un être cérébral qui a besoin de sentiments pour s’abandonner aux affres du désir tandis que l’homme reflète l’image du mâle qui tombe en amour quand l’acte sexuel a lieu. Le rapport aux émotions et à la sexualité diffère-t-il en fonction de son sexe ? D’autres éléments sont-ils à prendre en compte comme l’alchimie et les envies ? On fait le point.

L’union sexuelle met en accord les corps, mais traduit-elle également l’expression du cœur ?
L’attraction et l’attachement s’opposent-ils ? Le sexe sans attache est-il purement mécanique ? Quant à la jouissance, fait-elle plus écho à l’affect ? Zoom sur un acte délicieux aux possibles interprétations.

Pourquoi on se désire ?

Quand le corps exulte, il devient un messager et confesse ce qu’on n’ose dire parfois à voix haute.

Chimie ou alchimie ?

Quand on se désire, l’attraction y est pour beaucoup, mais pas seulement. En effet, les hormones vont également jouer le rôle d’entremetteur.

Selon le site Radio France *, lors d’une rencontre, la sérotonine qui active notre esprit critique va s’estomper au profit d’autres hormones telles que la dopamine, l’hormone du désir et la lulibérine, l’hormone des préliminaires libérée au début de la relation sexuelle. Puis les endorphines appelées plus communément hormones du plaisir vont inonder le cerveau pour ensuite laisser place à l’ocytocine, l’hormone de l’attachement : « L’ocytocine, c’est l’hormone de l’amour. Elle aussi nous envahit au moment de l’orgasme. Elle a été baptisée « l’hormone de l’attachement » par certains scientifiques, car elle serait notamment secrétée chez toutes les espèces animales monogames, dès le premier rapport sexuel… c’est elle qui transforme le plaisir en amour… »

Fusionner conduirait donc naturellement sur le chemin de l’amour ou peut-on s’aimer avant de se dévorer sous la couette ?

L’attraction

L’inclination est-elle la maîtresse du sentiment amoureux ? On confond souvent le désir et l’amour, pour cause, ces deux perceptions mettent nos sens en émoi. Le cœur bat plus vite, les pupilles se dilatent, les mains tremblent. L’amour commence par le désir. Le désir peut rester à l’état de pulsion et se consumer sous le feu de la passion. La flamme du début peut aussi grandir et se transformer en dévouement profond. Quoiqu’il en soit, à quelques rares exceptions, lors des prémisses d’une idylle, tous les scénarios sont possibles.

Les mots de l’amour

Comment savoir si on fait l’amour, si on fait des galipettes ou si on s’imbrique ? Le dictionnaire regorge d’une multitude de mots pour définir l’expression « faire l’amour ». D’ailleurs, quelle en est la définition exacte, s’il en existe une ? Voici celle de Doctissimo** : « Cette expression courante signifie « coucher avec une personne ». Alors qu’en Français, cette expression renvoie à l’aspect physique, le terme « to make love » s’attache plus à un état d’esprit. Alors euphémisme franchouillard ou sensualité latine ? »

Justement, faut-il avoir des sentiments pour faire l’amour ou faire l’amour rend-il amoureux·se ?

Faut-il être amoureux·se pour faire l’amour ?

Un moment suspendu qui provoque bien des interrogations.

Les stéréotypes

S’il y a bien un domaine où les idées reçues ont la cote, c’est bien l’amour. Les langues se délient autour de ce moment jugé intime et tout le monde a un avis sur la question. Dans les magazines, les comédies romantiques, faire l’amour renvoie au mythe des amant·e·s amouraché·e·s. Les contes de fées, eux, nous invitent à être déjà amoureux·se avant d’échanger un premier baiser. Dans de nombreuses sociétés, le désir physique n’intervient qu’après le mariage. Il y a donc bien, dans l’inconscient collectif, un lien intangible entre sentiments et acte sexuel. À ce propos, qui de l’homme ou la femme est plus enclin à être amoureux·se avant un corps à corps ardent ?

Faut-il être amoureux·se pour faire l’amour ? Les hommes vs les femmes

Une enquête menée, en 2021, par l’institut de sondage IFOP*** dans le cadre de rencontres en ligne pointe le rapport différent que les hommes et les femmes entretiennent avec l’amour et le désir : « L’analyse du profil de ces utilisateurs d’applis à des fins purement sexuelles met en évidence un clivage de genre très fort : les femmes, généralement plus réticentes à assumer une sexualité en dehors d’une relation stable, étant deux fois moins nombreuses (35%) que les hommes (67%) y avoir recherché une aventure purement sexuelle. » L’étude explique ce chiffre par « la plus forte romantisation de la sexualité féminine ». Les femmes sont en effet plus nombreuses (68%) à rechercher des relations amoureuses contre 60% des hommes interrogés.

Pourquoi une telle différence ?

Les femmes, désireuses de rencontrer l’amour et de nature plus cérébrale, tendent à faire l’amour quand elles développent des sentiments amoureux. Les hommes, eux, peuvent grimper au 7e ciel même s’ils ne sont pas amoureux. Par contre, l’alchimie, les hormones et leur besoin de connexion font qu’ils peuvent s’éprendre en faisant l’amour.

Après tout, peut-être que la réponse à cette question varie en fonction de chacun·e et de facteurs extérieurs à soi ?

Faut-il être amoureux·pour faire l’amour : une histoire personnelle ?

« Parfois l’amour et le désir dorment ensemble. Et ces nuits-là on voit la lune et le soleil. » Liliane Wouters.

Une question de connexion 

On peut très bien se définir comme romantique et n’avoir envie que de passer une nuit avec la personne rencontrée. L’alchimie, la complicité sont des éléments qui peuvent faire basculer les certitudes. Le date dont on ne pensait ne jamais tomber amoureux·se peut nous mettre le cœur en désordre avant même le premier contact physique.

Faut-il être amoureux·se pour faire l’amour : les ressentis

Si les sentiments sont souvent sollicités, c’est qu’ils répondent à la jouissance, qui contrairement à l’orgasme est loin d’être mécanique. La jouissance requiert une connexion profonde, intense. Les mains se mêlent, les caresses se donnent avec gourmandise, les corps s’aimantent. Une telle attraction provoque souvent des sentiments d’amour.

Exit les règles

Parfois le passé, les aspirations nouvelles, le feeling transforment un coup d’un soir en relation d’une vie, tandis que le grand amour s’estompe une fois arrivé au lit.

Le mieux ? Se laisser aller à l’inattendu où l’on peut rencontrer son propre désir.

Faut-il être amoureux·se pour faire l’amour ? Tout dépend de ses envies personnelles, de l’alchimie avec l’autre et de son profil sexuel. Ce qui compte, c’est d’être en accord avec soi, car quand on fait l’amour, on donne à l’autre une part précieuse de son corps et de son âme.

Eva

Comment avoir une Sex Friend

Article  suivant

Les articles les plus consultés