On décrypte l’orgasme féminin

L’orgasme féminin intrigue et passionne. Complexe, il se définit comme émotionnel avant tout. Comment comprendre ce plaisir qui se confesse seulement quand on l’écoute ? La masturbation féminine est-elle une clef pour atteindre la volupté ? Zoom sur un désir cérébral.

Véritable quête pour certain·e·s, l’extase sexuelle des femmes est soumise à des facteurs internes et extérieurs. Le lâcher-prise est-il l’ingrédient principal pour atteindre l’émoi absolu ? Quelles sont les astuces pour grimper plus vite au 7e ciel ? La jouissance ne se résume-t-elle qu’à un phénomène clitoridien ou vaginal ? Analyse d’une excitation commune et si différente à la fois.

Le plaisir féminin

L’âme qui s’exprime au-delà des mots.

Les femmes et la sexualité

Pour vibrer haut et fort, les femmes ont besoin de se sentir à l’aise et bien dans leur peau. Le désir est donc intimement lié aux ressentis psychologiques. Selon le site Neon Mag *, pendant l’extase, c’est le cerveau archaïque qui est sollicité chez l’homme, le système limbique (la partie émotionnelle du cerveau) est quant à lui stimulé chez la femme. Qu’est-ce que le système limbique ? Le siège de nos émotions. Cet ensemble de structures cérébrales joue un rôle clef dans le plaisir et la formation de la mémoire. L’étude du Pr Barry Komisaruk, relayée par le magazine Au Féminin **, démontre les effets de l’extase sur le cerveau féminin : « l’activation du cerveau débute tout d’abord par la stimulation des parties sensorielles génitales, puis atteint le système limbique (émotions, mémoire), pour finir par se propager dans tout le cerveau et enclencher la sensation de plaisir. »

La pratique de la masturbation

Le cerveau et les organes génitaux sont les premiers interlocuteurs du désir féminin. Dès lors, comment une femme peut-elle optimiser son plaisir ?

Pour le sexothérapeute Alain Héril, interrogé dans les colonnes de 20 Minutes ***, l’accès à la jouissance passe par la connaissance de soi : « Le plus important est l’apprentissage solitaire. Une femme qui a des difficultés d’accès à l’orgasme avec quelqu’un aura souvent moins de difficultés seule. Elle peut ainsi mettre en place une connaissance de son corps et de son intimité […] Pour atteindre l’orgasme, les femmes doivent entrer en amitié avec leur sexe, l’apprivoiser. » Cela passe par une exploration profonde et des exercices pour apprendre à contracter le périnée qui joue un rôle fondamental dans l’expérience orgasmique.

Justement, qu’est-ce que l’orgasme féminin exactement ?

Orgasme, qui es-tu ?

La revue médicale Suisse nous en donne la définition **** : « L’orgasme survient au plus fort de l’excitation et reflète l’expression d’un plaisir intense. Chez la femme, lorsque l’excitation érotique s’intensifie et que la tension sexuelle et musculaire augmente, le premier tiers du vagin se gonfle, resserre l’ouverture et les deux tiers du fond du vagin s’arrondissent. Le pic de l’orgasme féminin est caractérisé par des contractions involontaires du troisième tiers externe du vagin, et de fortes contractions de l’utérus et des sphincters interne et externe de l’anus. »

L’extase se produit quand  la tension sexuelle, les contractions rythmiques des muscles périnéaux et des organes pelviens sont à leur apothéose.

L’orgasme féminin à la loupe

Une sensation diffuse qui se transforme en délicieuse explosion des sens.

Clitoridien ou vaginal ?

Il est pratiquement impossible de définir l’orgasme féminin tant celui-ci s’exprime de manière distincte chez chaque femme.

Sigmund Freud a établi une théorie selon laquelle il existerait deux types d’orgasme : le clitoridien ou le vaginal. Or, les recherches récentes observent une pluralité d’orgasmes qui active différentes zones du cerveau.

L’extase peut être provoquée par la stimulation du clitoris : masturbation, frottement avec le sexe de l’amant·e, cunnilingus ou encore l’utilisation d’un accessoire. L’abandon peut également intervenir par une stimulation indirecte du clitoris : le point G. En effet, lors de la pénétration, les corps caverneux du clitoris viennent s’adosser sur la face interne du vagin. Cette zone correspondrait au fameux point G dont l’existence scientifique reste à prouver, mais qui jouerait un rôle majeur dans le déclenchement du plaisir.

Les caresses intenses sur les zones érogènes telles que les seins peuvent également mener à l’émoi absolu. D’ailleurs, celui-ci est-il plus vibrant quand il y a éjaculation ?

L’orgasme féminin : l’éjaculation féminine

L’éjaculation est-elle commune à toutes les femmes ? Le point G se situe à un carrefour entre l’urètre, le clitoris et le vagin. Selon le site Destination Santé *****, l’éjaculation féminine désigne la libération incontrôlée d’un liquide produit par de petites glandes situées entre le vagin et l’urètre au moment de l’orgasme. La vessie, sous l’effet de l’excitation, se remplit rapidement et sécrète un liquide clair exempt d’acide urique et autres composantes de l’urine. La quantité émise est variable selon la nature de chacune et les circonstances.

À ce propos, quelle place tient l’environnement extérieur dans l’atteinte de l’orgasme ?

Le contexte émotionnel

Les femmes recherchent une véritable connexion avec leur partenaire. Cela passe par des regards profonds, des caresses délicieuses, des baisers langoureux. Une communion des corps, des sens et des âmes où la raison vacille. Des instants magiques où se mêlent amour et animalité pour finir dans une étreinte fiévreuse.

L’orgasme féminin : comment l’atteindre ?

Un désir qui s’apprivoise.

Un abandon total

L’accès à l’orgasme chez la femme est lié au lâcher-prise. Alors, comment faire pour se laisser aller et mettre la charge mentale sur pause ?

La gent féminine a besoin de communiquer facilement ses émotions et de se sentir en confiance avec son/sa partenaire. Les préliminaires, les massages sont d’excellents moyens pour se déconnecter et se focaliser sur le plaisir.

L’orgasme féminin : les meilleures positions

Les mots doux, les caresses, la complicité sont les ingrédients principaux d’une parenthèse gourmande réussie tout comme les positions.

Le missionnaire est idéal pour atteindre monts et merveilles. En effet, cette position stimule le vagin et permet par l’alignement avec le corps de l’amant·e un frottement assidu du clitoris ! Double dose de plaisir garantie !

L’Andromaque n’est pas en reste puisque cette position permet à la femme d’adopter un certain angle par rapport au pubis de son partenaire et de stimuler au maximum le clitoris. Le plus ? Choisir son rythme : ralentir le mouvement ou augmenter la cadence.

Une meilleure communication

Connaître son corps, ses envies et partager ses émotions peut mener à l’orgasme, mais surtout mener à une relation harmonieuse. Qu’il est bon de se comprendre et de parfois réaliser les fantasmes qu’on avait évoqués sur un site de rencontre ou en face à face. L’essentiel est de s’abandonner avec confiance.

La recherche de l’orgasme féminin n’est pas la finalité de l’acte sexuel. Celui-ci ouvre une porte vers une meilleure connaissance de soi, un lâcher-prise total et une complicité merveilleuse avec l’autre. La jouissance est toute aussi délicieuse, pourvu qu’on y prenne du plaisir.

Eva

Le plaisir Féminin

Les articles les plus consultés