Anulingus : êtes-vous prêt à tester ?

Vous maitrisez le cuni à la perfection et vous avez envie d’aller plus loin ? Et si vous testiez l’anulingus ? Cette pratique encore taboue a pourtant pour réputation de procurer des orgasmes très intenses. Alors, envie de tester ? On vous dit tout ici sur l’anulingus et ses secrets …

L’anulingus, une pratique taboue, et pourtant …

L’anulingus reste une pratique plutôt taboue, à l’inverse du cuni qui est devenue la norme en matière de sexualité. Pourtant, l’anus est l’une des zones les plus érogènes du corps. Il est alors dommage de se priver de ce plaisir ! Que ce soit en tant que pratique sexuelle qui se suffit à elle-même ou comme préliminaire à une sodomie, l’anulingus provoque des orgasmes puissants.

L’anus est en effet une zone particulièrement sensible à la stimulation, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, grâce à un réseau de terminaisons nerveuses particulièrement dense. En terme de sensibilité, l’anus est ainsi comparable au clitoris, à condition de bien le stimuler. L’anulingus est également apprécié par de nombreux hommes, car il permet une stimulation proche de la zone du périnée, ce qui provoque une forte excitation. L’orgasme peut être difficile à se déclencher dans les premières fois que vous pratiquez, comme pour la sodomie, car votre partenaire peut avoir des difficultés à faire sauter ses barrières mentales et à se lâcher. Pourtant, une fois qu’elle y aura pris goût…

L’anulingus est une pratique taboue principalement pour des raisons assez évidentes, qu’on ne va pas détailler ici… Cependant, quelques règles d’hygiène suffisent pour passer au-dessus d’une éventuelle gène. Une bonne douche, avec un savon doux, suffit à limiter tous les risques d’odeurs peu excitantes. Pas besoin de pousser jusqu’au lavement, si votre partenaire a mangé léger et n’a pas de soucis de digestion particuliers, il n’y a aucun risque. Gardez également en tête que l’anus est une zone sensible aux MST, assurez-vous donc de bien connaitre votre partenaire avant de vous lancer dans cette pratique sans protection. Si vous tentez cette expérience avec une partenaire occasionnelle ou que vous connaissez peu, protégez-vous avec une digue dentaire, comme pour pratiquer un cuni. Une fois ce petit rappel des règles de base du sexe réalisé, passons aux choses sérieuses : comment faire un bon anulingus ?

Comment faire un bon anulingus ?

Tout d’abord, un anulingus réussi est un anulingus prévu par les deux partenaires. Si l’envie vous tente de tester cette pratique, commencez par en discuter avec votre partenaire, pour savoir si cette idée l’excite et si elle va se laisser tenter. Elle est partante ? Petit veinard … c’est parti !

Commencez, comme pour toute pratique sexuelle, par préparer le terrain, en faisant monter la température entre vous et votre partenaire. Caressez la sur tout le corps, en commençant par le visage, la nuque, le dos. Descendez sur ses seins, caressez-les doucement et léchez ses tétons. Embrassez son ventre, ses cuisses, tout en continuant à la caresser. L’idée est de mettre votre partenaire dans un bon mood de sexe, en la faisant se lâcher et s’abandonner à vos caresses. Elle sera ensuite dans de bonnes conditions pour se laisser aller au plaisir pendant votre anulingus.

Une fois que votre partenaire est bien excitée, vous pouvez entrer dans le vif du sujet. Là, il y a deux écoles : certains pensent qu’il est plus excitant de commencer par un cuni classique pour ensuite dévier sur l’anus, alors que d’autres trouvent ça moins frustrant de passer directement à l’anus. En effet, le clitoris est plutôt facile à stimuler, en tout cas plus facile que l’anus. En le stimulant, vous allez exciter fortement votre partenaire, qui sera ensuite plus détendue pour passer à l’anulingus. Mais, si votre partenaire est en train de kiffer votre cuni, elle pourra se sentir un peu frustrée que vous passiez à l’anulingus, et donc perdra son excitation ! A vous de voir et de tester les réactions de votre partenaire pour savoir ce qui est plus excitant pour elle.

Dans tous les cas, comment bien lécher sa partenaire pendant un anulingus ? Demandez déjà à votre partenaire de se mettre dans une position qui lui convient : debout, en position de levrette, sur le dos, … A elle de voir comment elle se sent à l’aise. Ensuite, c’est à vous de tester des choses et de voir ce qui fonctionne sur votre partenaire. Par exemple, vous pouvez effectuer des mouvements de langue plutôt longs, de son clitoris à son anus et inversement. Vous pouvez aussi donner des petits coups de langue vifs, la langue bien tendue, en pénétrant l’anus de votre partenaire avec votre langue par à-coups. Vous pouvez aussi choisir la technique de la « langue molle », où votre langue reste plutôt souple, pour pouvoir lécher votre partenaire plus délicatement, dans des mouvements amples. Et pourquoi pas alterner ces trois techniques, pour varier le rythme et faire monter la pression ? Pensez aussi à utiliser vos mains : caressez le clitoris de votre partenaire, ses fesses, doigtez-la délicatement, … L’anulingus n’en sera que meilleur, elle perdra vite pied face au plaisir que vous lui procurerez.

Avec un anulingus réussi, vous pouvez réussir à faire jouir votre partenaire, avec un orgasme très différent d’un cuni ou d’une pénétration vaginale : plus intense et plus violent ! Vous pouvez aussi, si votre partenaire demande encore plus, passer à la sodomie, avec un anus qui sera bien préparé à une pénétration facile et rapide.

Alors, envie de tester l’anulingus ?

Photo : pexels

Les articles les plus consultés