Témoignage : du côte-à-côtisme à l’échangisme

Aujourd’hui, nous parlons fantasmes libertins sur le blog, avec le témoignage de Claire, qui s’est lancée avec son mari Guillaume dans l’aventure du côte-à-côtisme, avant d’oser assouvir leur fantasme d’échangisme. Un témoignage croustillant comme on les aime, et qui va surement donner envie à certains de se lancer eux aussi ! La parole est à Claire…

Mon expérience du côte-à-côtisme…

En couple depuis plus de 10 ans, j’ai toujours été, avec mon mari Guillaume, une femme épanouie au niveau sexuel. Nous avions une sexualité plutôt classique, « dans les normes », mais nous avions l’habitude de parler de tout très librement, et de réaliser nos fantasmes lorsque nous en avions l’occasion. C’est avec cette très bonne communication entre nous et cette complicité que j’ai pu réaliser mon fantasme de faire l’amour dans une voiture, de jouer au SM soft, ou encore de tester la sodomie.

Au fur et à mesure du temps qui passait, je sentais que notre couple, toujours très complice et fidèle, allait de plus en plus loin dans sa sexualité. Progressivement, l’idée du libertinage s’est immiscée dans nos conversations coquines, et nous parlions régulièrement de fantasmes de pluralité pendant nos parties de sexe, pour nous exciter. Un soir, la question fut clairement abordée par mon mari : est-ce que ça me disait de tester le libertinage ? La réponse était simple pour moi : Oh que oui ! Mais jusqu’où j’étais prête à aller ?

Pour le savoir, une seule solution selon nous : se lancer ! RDV fut pris pour se rendre dans un club libertin proche de chez nous, qui nous semblait, selon leur site internet en tout cas, plutôt haut de gamme et bien fréquenté. Nous n’avions pas vraiment décidé de ce que nous allions y faire, nous voulions juste passer une bonne soirée, et voir où cela pouvait nous mener.

Ce soir-là, je pris le temps de me faire jolie : dessous en dentelle, jolie robe près du corps, talons hauts. Un peu de parfum dans la nuque, et je me sentais prête à conquérir le club ! Mon mari, dans sa chemise bien coupée sous sa veste de costume, le col légèrement ouvert sur la naissance de son torse, n’était pas en reste non plus. Arrivés dans le club, nous avons commencé par aller prendre un verre au bar, histoire de repérer un peu le style de clientèle, et de voir l’ambiance. Sur la piste de danse, des couples très légèrement vêtus se draguaient gentiment. On sentait que l’ambiance était très conviviale, que les gens, plutôt des habitués, étaient là pour passer du bon temps ensemble sans se poser trop de questions. Au bout d’un certain temps, nous sommes nous aussi allé danser. Très vite, une jolie brune est venue danser avec moi. Très sensuelle, elle ondulait près de moi dans une danse lascive, en accrochant le regard de mon mari d’un œil aguicheur. La température montait d’un cran !

Elle nous proposa de nous rendre dans une chambre privée, à l’étage du club, où son mari l’attendait. Je pris d’un coup peur : je lui expliquais que c’était une première fois pour nous, et que nous ne savions pas trop dans quoi nous nous engagions. Elle nous rassura tout de suite : nous pouvions faire l’amour entre couple officiel, côte-à-côte tous les quatre. Elle était exhibo, et elle m’expliqua adorer sentir le regard d’un autre couple pendant qu’elle faisait l’amour avec son compagnon. L’idée était séduisante …

Cette première expérience du côte-à-côtisme fut une vraie révélation pour nous : nous pouvions assouvir nos fantasmes exhibo et voyeurs, sans pour autant prendre de risques avec la jalousie de chacun. Pendant plusieurs mois, nous nous sommes rendus dans ce club régulièrement, et nous nous envoyions en l’air à côté d’autres couples, en profitant de l’ambiance très excitante des lieux. Cette pratique nous convenait parfaitement, notre sexualité était plus sympa que jamais, et notre couple encore plus complice.

… Au fantasme de l’échangisme !

Jusqu’au jour où le côte-à-côtisme ne m’a plus suffi… J’avais envie d’aller plus loin, et d’oser enfin dépasser mes limites. Je voulais enfin tester l’échangisme, le vrai, et assumer mes envies. J’en parlais avec Guillaume, et il m’avoua avoir les mêmes pensées : il était temps pour nous de passer à l’étape supérieure. Nous sommes donc retournés dans ce club, comme à notre habitude, avec cette fois-ci la ferme intention de tester l’échangisme.

Et là, comme quoi certaines soirées sont destinées à bien se passer, nous sommes tombés sur de vieilles connaissances : la charmante brune était là elle aussi, toujours aussi sublime sur la piste de danse, toujours avec son mari, très sexy lui aussi. Nous ne les avions pas revus depuis notre première soirée libertine. Tout de suite, je suis allée à leur rencontre. J’y voyais un signe du destin : ils étaient là ce soir, et c’est avec eux que j’avais envie de passer le cap de l’échangisme.

Après quelques verres, nous nous rendîmes tous les quatre sur la piste de danse. J’étais survoltée : plus sensuelle que jamais, je chauffais Valérie, la caressant dans le dos, sur le haut de ses fesses sublimes, approchant ma bouche de son cou et de la naissance de ses clavicules. Elle répondait à mes sollicitations en rapprochant son bassin du mien, pour danser encore plus serrées l’une à l’autre. Le frottement de nos deux corps dans cette danse sensuelle m’excitait de plus en plus. Nos deux hommes n’en perdaient pas une miette, tout comme le reste de l’assemblée. Je me sentais pousser des ailes.

Au bout de quelques temps, je leur proposais de nous rendre dans un coin câlins. Dès que nous nous sommes installés, avec une bouteille de champagne, je fermais la porte : j’avais envie, pour une fois, de limiter les voyeurs : je voulais que cette expérience reste entre nous quatre. J’entrepris directement de déshabiller Valérie, elle était sublime dans sa lingerie en dentelle rouge. Puis, voyant que les hommes étaient un peu en retrait, je guidais la main de Guillaume vers cette poitrine offerte à nous. Il comprit immédiatement le signal, et, me regardant dans les yeux, commença à caresser le corps de Valérie. A cette vue, je ressentis une excitation et un coup d’adrénaline comme je n’en avais jamais ressenti. Le compagnon de Valérie s’approcha alors de moi, par derrière, et commença à m’embrasser dans la nuque. Je sentais ses mains sur mon corps, qui s’immisçaient dans mon décolleté, sous ma robe, jusqu’à effleurer délicatement ma culotte. C’était tellement bon ! Du côté de Guillaume et Valérie, je voyais que les choses s’accéléraient : Valérie avait pris les choses en main, et offrait à mon homme une fellation qui semblait particulièrement lui plaire. Je me tournais alors vers Éric, j’étais tellement excitée ! D’un coup, j’avais envie d’être pénétrée par cet homme qui n’était pas mon officiel, c’était un besoin impérieux, je voulais être sienne le temps d’une soirée. Je me déshabillai rapidement, et me mis en levrette, face à Guillaume : je ne voulais pas rater ce spectacle si excitant. Éric compris vite le message : il me pénétra par derrière, avec force et douceur, et enchaina rapidement les va-et-vient. C’était tellement bon ! Je me mis à gémir face à ces assauts, et, lorsque Guillaume pénétra à son tour Valérie, en missionnaire face à moi, et que je l’entendis jouir dans un râlement puissant, je jouis à mon tour, avec une force inimaginable. J’étais une autre !

Nous sommes restés plusieurs heures dans cette chambre, à prendre du plaisir tous les quatre, parfois avec mon partenaire, parfois avec Éric, puis avec Valérie. Cette soirée a été mémorable : ça y est, nous avions osé réalisé notre plus gros fantasme ! Et nous avons, depuis, bien entendu recommencé …

Photo : pexels

Les articles les plus consultés