Polyamour : attachement du cœur ou ivresse des sens

Incompris, la plupart du temps, les adeptes du polyamour sont perçus comme des hyperactifs du sexe, des vampires de la chair. Pourtant derrière cette image diablement insolente se cache des grands romantiques au cœur tout tendre.

Enquête sur ces non-monogames tiraillés entre un trop plein d’amour et l’ivresse des sens.

Un cœur trop grand pour un seul être ? C’est la philosophie généreuse défendue par ceux qui adhèrent au polyamour.

Pourquoi combler ses désirs avec une personne quand on peut les satisfaire avec plusieurs partenaires ?

Qu’est-ce que le polyamour exactement et comment le vivre au quotidien ?

Le polyamour : un attachement non exclusif

Le Larousse* définit par ces mots le polyamour : « Fait de vivre une relation intime (amoureuse et/ou sexuelle) durable avec plusieurs partenaires en parallèle, de manière consensuelle, franche et assumée. »

Le polyamour c’est donc avoir des sentiments amoureux pour plusieurs personnes et en même temps.

Un attachement réglementé ?

Si Le Larousse évoque la notion de franchise, c’est que cela est la base d’une relation polyamoureuse.

En effet, pas question de dissimuler à l’autre que l’on est déjà engagé dans une autre histoire. La tromperie n’a pas sa place car chacun des protagonistes connait l’existence de l’autre.

Entre amour et culpabilité

Avant de se considérer polyamoureux, c’est souvent un sentiment de culpabilité qui ronge ceux qui pratiquent l’amour multiple : « Pourquoi ai-je envie de caresser un autre corps et de le sentir tout contre moi ? Pourquoi un seul amour ne me suffit pas ? Suis-je anormal.e ?»

La conception de l’amour et des relations est simplement différente de ce que la société impose et dicte. On peut s’impliquer émotionnellement et physiquement avec plusieurs personnes sans pour autant ne désirer qu’eux.

Le polyamour c’est accepter ses sentiments et assumer ses envies.

Si on est déjà en couple, communiquer sur ses désirs avec son.sa partenaire actuel.le est primordial afin d’être le plus honnête avec soi et avec lui.elle.

Si on entame une nouvelle relation, il est préférable d’avertir l’autre.

Le polyamour est structuré par des règles et il n’est pas rare de trouver une relation principale entourée par des relations secondaires.

Mais attention aux ennemis qui rôdent : la jalousie et la possessivité, pas toujours simple à gérer.

Comment y remédier ? En parlant ouvertement de ce que l’on ressent.

Polyamour : quête des sens ou quête de soi ?

Le polyamour ouvre une porte, celle d’explorer et de mieux cerner ses besoins émotionnels et sexuels.

Avec certains partenaires,  les polyamoureux seront plus axés sur une vibration émotionnelle alors qu’avec d’autres, ils dévoileront un aspect plus érotique et plus sexuel de leur personnalité.

Et si le polyamour était l’occasion d’expérimenter de nouvelles expériences ?

Ivresse des sens ou amour ?

La question que l’on se pose quand on pense au polyamour c’est justement cette possibilité d’explorer intensément sa sexualité même si cette pratique repose avant tout sur les sentiments.

Ni échangistes, ni libertins, les polyamoureux multiplient pourtant les partenaires, les connexions, les caresses et les stimulations en tout genre.

Enlacement, soupirs, pourvu qu’on ait l’ivresse !

Avec une libido ainsi en éveil, ceux qui pratiquent l’amour multiple peuvent se targuer d’élargir leur vision de la sexualité et de pimper leurs étreintes.

C’est ainsi qu’un polyamoureux peut passer d’une jouissance spirituelle à un « dirty talk » bien alléchant en quelques jours. Chanceux, vous allez me dire ?

Cette sexualité aux multiples facettes est sacrée car elle y allie le physique à l’émotionnel ainsi qu’à l’affect. Elle ouvre ainsi une nouvelle dimension vers la connaissance de soi et de ses attentes.

Le polyamour, une liberté revendiquée

Libérés de la notion de jugement, les polyamoureux s’abandonnent plus facilement en projetant un climat favorable à la rencontre sexuelle et au partage.

Le polyamour c’est s’affranchir de tout ce qu’on prenait comme acquis pour s’aventurer dans l’inconnu, un inconnu terriblement excitant où l’initiation devient maîtresse et familière.

Se nourrir de nos différences affectives

Ce qui est stimulant dans un tête-à-tête intime c’est de s’imprégner des différences de l’autre afin de les faire nôtres.

En pleine conscience, les adeptes du polyamour échappent aux prisons de la normalité et dansent sur leurs pulsions sensuelles et sexuelles afin de combler leur curiosité insatiable.

Amours pluriels, l’antichambre de la monogamie

Les amours pluriels sont dotés d’un charme clandestin attirant. Singuliers et atypiques, ils n’entrent dans aucune case et fascinent les observateurs.

La curiosité, moteur du polyamour

La curiosité est certainement la plus grande complice du polyamour. Elle accompagne, traque sans relâche les pensées des polyamoureux : vouloir le concret au lieu de l’abstrait, savoir au lieu de deviner, ressentir au lieu d’imaginer, embrasser ces fesses, effleurer ces seins, ce visage au lieu de fantasmer.

Plusieurs corps à caresser, plusieurs lèvres à mordiller, une ode à la chair à consommer en duo mais que l’on peut renouveler avec d’autres sans modération.

Adieu monogamie, bonjour rencontre libre

Toute cette effervescence sensuelle et émotionnelle éloigne de la monogamie, l’ennemie jurée des polyamoureux.

Vivre loin du quotidien d’un couple traditionnel et le troquer contre de la découverte, des échanges abondants et un désir sexuel toujours à l’appel.

Réinventer son rapport aux normes

Toutefois, il est important, au-delà de la recherche d’adrénaline d’être en accord avec soi. S’émanciper du regard des autres pour enfin vivre ses désirs au grand jour.

Les polyamoureux réussissent la prouesse de penser à eux tout en inondant d’amour ceux qui les croisent.

Ces grands amoureux sont aussi des amants exceptionnels en quête d’exploration et qui n’ont pas peur de multiplier le champ des possibles.

Venez explorer votre sexualité avec NousLib

Eva

Source :

*Le Larousse définition du polyamour

Les articles les plus consultés