Pilule masculine, vers une responsabilité partagée ?

La pilule masculine, on en parle ? Vous avez bien lu, la contraception orale sera peut-être bientôt également une affaire d’hommes. La responsabilité en sera-t-elle pour autant partagée ? Pourquoi depuis la nuit des temps, est-ce aux femmes de gérer cet aspect de la sexualité ? La révolution est-elle en marche pour plus d’équité ? Zoom sur un produit miracle qui risque de changer les mentalités.

La commercialisation d’un contraceptif oral masculin pourrait-elle faire bouger les lignes ? En effet, selon une étude du Figaro*la contraception au sein du couple incombe aux femmes dans 75% des cas. Les hommes sont-ils prêts à tester une méthode contraceptive orale ? Et les femmes dans tout ça, ont-elles envie de voir leur partenaire assumer cette charge alors que le principal intéressé reste leur corps ? On fait le point.

L’histoire de la contraception féminine

La femme, parce que son corps enfante, a le devoir, dans l’esprit commun et inconscient, de prendre en charge la contraception du couple.

Libération des mœurs

Mai 68, les femmes descendent dans la rue pour faire entendre leur voix. Elles ont droit, tout comme les hommes, au plaisir et scandent : « le jouir sans entraves. »

Un an plus tôt, le 19 décembre 1967, la loi Neuwirth autorise l’accès à la contraception sur prescription médicale. Cet acte fort permet aux femmes de disposer de leur corps comme elles le veulent et comme elles l’entendent.

Moyens de contraception et sexualité

Les femmes et la sexualité, c’est avant tout une histoire d’accès à la contraception. Comment lâcher prise lorsqu’on ne souhaite pas tomber enceinte lors d’un rapport sexuel ? Le mental, en effet, doit s’apaiser pour un accès total au plaisir.

Même si les deux partenaires sont concernés, cette responsabilité repose quasiment toujours sur les épaules des femmes. Est-ce parce qu’il s’agit avant tout de leur corps ?

Le corps des femmes

Objet de fantasmes, le corps des femmes est aussi perçu comme un vaisseau sacré. Sa capacité à donner la vie lui impose également celle de ne pas la créer.

Dans la majorité des cas, le préservatif est principalement utilisé en début de relation pour être délaissé, avec le temps, au profit d’une autre méthode contraceptive gérée par la femme.

Dans l’inconscient collectif, puisque c’est le corps de la femme dont il est question, il lui en revient d’en contrôler la fécondité.

Les hommes commencent à vouloir s’investir dans la parentalité qui était perçue comme un domaine féminin et justement, n’ont-ils pas également l’envie d’avoir un rôle à jouer dans l’aspect contraceptif du couple ?

Lire aussi l’article : L’exposition Pionnières au Musée du Luxembourg

Pilule masculine

Les scientifiques sont enthousiastes, une pilule non hormonale verra bientôt le jour pour les hommes.

Où en est la science ?

D’après Radio France **, la contraception orale masculine non hormonale est en route et pourrait bien bousculer le quotidien de nombreux couples : « Reste à observer l’efficacité de ce procédé sur l’homme : des essais pourraient être lancés dès cette année aux États-Unis. Optimiste, l’équipe de chercheurs estime possible une commercialisation dans les cinq ans. »

Dans 5 ans, les hommes seront-ils disposés à assumer cette inversion des rôles ?

Pilule masculine : Les hommes sont-ils prêts ?

Qu’en est-il du côté de la gent masculine ? Les hommes ont-ils réellement le désir de prendre la pilule contraceptive ? Dans une société soucieuse de l’égalité femmes-hommes, certains hommes ont à cœur de prendre le relais et ainsi soulager leur partenaire d’une responsabilité parfois pesante.

Sur les sites de rencontre, les femmes prennent le pouvoir, il est temps que cela s’applique à tous les domaines.

Que pense le public féminin de cette avancée ? Les femmes sont-elles décidées à accepter que leur amoureux gère cet aspect du couple alors que c’est leur corps qui subira les conséquences d’un oubli ?

Les femmes peuvent-elles déléguer ?

Malgré les risques pour leur santé, malgré le coût économique, les femmes ont appris cette leçon ancestrale : « La contraception sera tienne. »

Difficile donc de confier cette lourde tâche à l’autre. D’autre part, les femmes ont envie de faire évoluer les mentalités, elles ont envie de réciprocité.

Pilule masculine : une responsabilité partagée ?

Le partage, c’est peut-être la solution à la question.

La communication au sein du couple

Échanger est la clef pour qu’une décision juste soit prise entre les amants.

L’inconscient masculin abrite une peur : celle de voir diminuer ses performances sexuelles en prenant part à la contraception du couple, comme avec la vasectomie.

Il faudra donc bien se renseigner sur les effets secondaires possibles.

Pilule masculine : la confiance

Communiquer sans filet permet un lâcher-prise pour les femmes. Accepter le changement, la nouveauté et avoir foi en leur partenaire.

La charge mentale se crée quand les femmes ressentent moins d’investissement de la part de leur partenaire. Voici donc une belle occasion de rétablir l’égalité.

Une sexualité plus harmonieuse ?

Si comme on l’espère, la pilule masculine non hormonale n’impacte pas la libido de l’homme, la femme du coup, se passant de ce moyen de contraception pourrait retrouver la sienne en hausse.

On imagine bien le mental s’écarter pour laisser place à des acrobaties extraordinaires.

De quoi avoir envie de succomber aux atouts prometteurs de ce moyen de contraception inédit.

La pilule masculine contient en elle plusieurs espoirs : celle de donner aux hommes l’opportunité de prendre part à la contraception et ainsi apporter une option de plus à leur partenaire.

Chaque couple se renforce dans le partage des responsabilités. Un équilibre qui permet d’avoir une relation stable et épanouissante.

Osez le plaisir avec NousLib.

Eva

Sources :

*Contraception : les femmes doivent avoir le choix – Le Figaro

**Contraception : une pilule masculine, non-hormonale, efficace à 99% sur les souris – Radio France

Photo : pexels

Sexualité : mode d'emploi

Les articles les plus consultés