Gorge profonde, mode d’emploi

 

Des lèvres douces qui embrassent votre gland, c’est déjà très agréable…  Une langue, chaude et humide qui enveloppe votre verge et caresse vos « galopines », cela devient terriblement excitant … Et soudain cette surprenante pression autour de votre gland et votre sexe qui s’enfonce et disparaît complètement dans la bouche de votre partenaire : vous êtes au paradis ! Imaginez alors ce que ce serait de jouir dans ce havre de plaisir…

Si une fellation classique stimule le gland de l’homme et le début de sa verge avec les lèvres et la langue, la « gorge profonde », elle, est une technique de fellation assez avancée qui permet de mettre à profit la gorge de la partenaire. En effet, celle-ci ne se contente pas de prendre le sexe de l’homme en totalité dans sa bouche, elle l’avale carrément, dépassant ainsi la barrière si délicate de la luette. Un certain entraînement est donc nécessaire afin d’apprendre à la fois à « déployer » sa gorge et à adapter sa respiration. Ceci dit c’est un peu comme se mettre des gouttes dans les yeux. Au début le réflexe du clignement de l’œil rend cela terriblement gênant, mais avec un peu de pratique, cela se fait naturellement.

Alors comment réaliser une « deepthroat » ?

La lubrification

C’est la base : un pénis lubrifié glissera d’autant mieux jusqu’au fond de la bouche et sera plus facile à avaler. On peut donc débuter les festivités par une fellation classique. La demoiselle commencera par envelopper le gland avec une langue bien humidifiée puis la fera glisser le long de la hampe. Elle recommencera ainsi plusieurs fois puis prendra la verge franchement en bouche.

La position

Celle-ci doit permettre de faciliter l’insertion du pénis jusqu’au fond de la gorge. Le secret ? Tel l’avaleur de sabre, il faut aligner la tête avec le cou ! Trois positions permettent cela.

  • Monsieur est allongé sur le dos, la tête éventuellement relevée avec des coussins pour profiter du spectacle de sa partenaire qui avale son sexe. Cette dernière est allongée sur le ventre, tête-bêche, sa bouche bien évidemment à hauteur du phallus. Elle peut ainsi se hisser sur ses coudes pour gérer la prise à bouche. Cette position est parfaite pour une débutante car elle est en total contrôle de la situation et lui permet de gagner en confiance. En outre, elle offre un visuel plutôt sympathique sur la croupe de la demoiselle qui s’active.
  • Une fois la première position maîtrisée, Mademoiselle peut tenter une chevauchée. C’est-à-dire qu’elle s’assoit à l’envers sur le torse de son partenaire puis elle abaisse sa bouche sur le membre dressé de Monsieur, ce qui devrait avoir pour effet de remonter ses fesses au niveau du visage de son partenaire. Que celui-ci n’hésite pas à profiter de ce 69 impromptu : en jouissant, Madame aura tendance à avaler plus naturellement le sexe qu’elle a en bouche, passant parfois spontanément le cap de la luette.
  • Enfin, elle peut aussi s’allonger sur le dos, sur le rebord du lit ou d’une table, sa tête dépassant légèrement. Monsieur, debout, vient alors insérer son sexe dans sa bouche. Dans cette position, c’est lui qui a le contrôle total de ce qui se passe, même si sa partenaire peut le guider avec une main sur son sexe et l’autre sur ses fesses. En revanche, parce qu’elle est dans une position de complète soumission, il est important que la demoiselle soit à l’aise et en confiance. Sans quoi, la gorge profonde sera « mécanique » et perdra en volupté. En effet, si elle est trop concentrée sur ses appréhensions, la partenaire ne pensera pas à faire jouer sa langue sur le phallus dans sa bouche. Ce qui serait tout de même dommage.

La prise en bouche

C’est l’une des clés pour réussir une gorge profonde. La demoiselle va tout d’abord devoir jongler entre fellation et respiration. Mais rassurez-vous, dans la pratique cela n’a rien d’effrayant et tant que l’homme respecte sa partenaire et ne lui enfonce pas violemment son sexe dans le fond de la gorge, il n’y a pas de risque de suffocation.

Elle commencera donc par écarter bien grand les mâchoires en même temps qu’elle prendra Monsieur en bouche. Ensuite, il lui faut tirer la langue et abaisser l’arrière de la bouche tout en déployant la gorge, un peu comme lorsque l’on baille. Si un haut-le-cœur survient, elle peut reculer un peu la verge, faire une petite pause, puis l’enfoncer de nouveau progressivement.

La gorge profonde

Il est possible que le gland bute sur le larynx et que les deux partenaires se retrouvent « bloqués ». C’est le moment le plus délicat à maîtriser, celui où Mademoiselle doit avaler véritablement le sexe de son partenaire comme elle le ferait avec un cachet par exemple. Elle peut déglutir pour s’aider ce qui, en plus de faciliter la progression, aura pour effet de stimuler le gland de l’homme, lui procurant ainsi d’exquises sensations.

Le bonus

Une fois à l’aise avec cette technique, la pratiquante peut caresser les testicules de l’homme avec sa langue. Ce qui devrait lui provoquer pas moins qu’un séisme de frissons et de plaisir.

Le coup de pouce

Si malgré ces techniques, le sexe de l’homme est trop imposant pour être avalé par sa partenaire, celle-ci peut toutefois tricher un peu en cerclant fermement la base de la verge avec ses doigts humidifiés. Gardez aussi en tête que seules peu de femmes ont une morphologie leur permettant de réussir une « deepthroat » du premier coup. Alors soyez patients l’un comme l’autre, entraînez-vous, arrêtez-vous quand cela devient inconfortable et surtout n’oubliez pas que cette pratique requiert une grande confiance et une envie mutuelle.

Vous avez des questions ou d’autres conseils à donner à nos lecteurs ? Venez les partager dans les commentaires.

Photo : pexels

Les articles les plus consultés