Le peaking : La technique pour des orgasmes plus intenses

Retarder et mieux contrôler ses orgasmes, pour les rendre plus intenses et voir son plaisir se décupler : telle est la promesse du peaking, une méthode issue de la tendance slow sex, très pratiquée aux Etats-Unis. Cette promesse, je ne sais pas vous, mais nous à la rédaction, on a eu envie de voir si elle était bien réelle. Et si on s’y mettait ? Le peaking, quels sont ses bienfaits et comment le mettre en pratique, on vous dit tout dans cet article !

Le peaking, la méthode infaillible pour des orgasmes plus intenses que jamais

Le concept du peaking est plutôt simple : l’idée est de prendre son temps, et de contrôler son excitation pour laisser l’orgasme prendre sa place dans notre corps. Ça parait être du bon sens, au final, mais force est de constater qu’on prend de moins en moins de temps pour faire l’amour ! Entre le boulot, les tâches quotidiennes, la fatigue, etc… la tendance est plutôt actuellement au quickie, vite-fait bien fait avant de s’endormir ! Et pourtant, le peaking promet des orgasmes vraiment intenses, beaucoup plus intenses que les coups vite-fait peuvent nous apporter. Et ça, ça vaut le coup d’essayer, non ?

Le principe du peaking est donc d’y aller lentement … très lentement. De mettre l’accent sur les préliminaires, de prendre le temps de découvrir son corps et le corps de l’autre, et de laisser à l’excitation le temps de bien s’installer. L’idée est également de retarder l’orgasme, le plus longtemps possible, pour qu’il soit plus intense. Et cette idée est loin d’être bête : plus on retarde le moment de jouir, et plus notre corps est chargé, aussi bien physiquement que mentalement, de désir. Rien de mieux, ça parait évident, pour atteindre les sommets de notre plaisir !

Retenir son orgasme n’est pas chose facile. Cela demande un peu de pratique et de temps, pour apprendre à se maitriser. Ses bénéfices en valent pourtant le coup : les hormones du plaisir ont le temps de prendre leur place dans tout votre corps, et pas seulement dans vos organes génitaux, et la perception même de votre plaisir est décuplée. Vous devenez plus sensuel et plus sensoriel au fur et à mesure des minutes que vous passez à vous retenir. Parfois jusqu’à atteindre l’extase, ce graal prôné par le tantrisme !

Le peaking en pratique : comment retarder son orgasme ?

Pour s’essayer au peaking, il n’y a qu’une règle de base : il faut bien connaitre son corps. Savoir comment lui donner du plaisir, savoir reconnaitre les moments où l’orgasme s’approche, et les moments où on ne peut plus y résister. Et pour cela, il n’y a qu’une seule recette : pratiquer ! En solo ou à deux (ou à plusieurs, mais c’est un autre sujet !), l’idée est de bien identifier la montée de notre excitation et de notre plaisir.

Ensuite, il va falloir faire preuve d’un peu de rigueur : pour connaitre la montée en puissance de votre excitation, et donc de l’orgasme qui arrive, notez sur une échelle de 1 à 10 votre ressenti à chaque moment de votre partie de jambes en l’air ou de votre séance de masturbation. Le point de non-retour, c’est-à-dire le moment où l’orgasme arrive et que vous ne pouvez plus vous contrôler, se situera à 7 sur votre échelle du plaisir. C’est donc les moments un peu avant ce point de non-retour qu’il faut apprendre à reconnaitre. Et, lorsque vous y êtes, c’est le moment de ralentir le plaisir ! L’objectif est alors de bloquer votre excitation pendant un moment donné, pour repartir de plus belle.

Pour faire baisser la température, plusieurs astuces peuvent être mises en pratique. Déjà, lorsque vous sentez que vous allez atteindre le point de non-retour, commencez par arrêter de vous toucher. L’arrêt de cette stimulation va permettre de faire redescendre le plaisir. Si vous êtes en pleine pénétration, il n’est pas nécessaire de s’arrêter totalement : commencez par changer de position, ou arrêter de bouger. Prenez le temps de sentir que l’excitation diminue, et que votre point de non-retour s’éloigne lentement. Cela peut aussi être le moment de repasser en mode préliminaires, comme si vous repartiez du début de vos ébats. Parfait pour prendre son temps ! Si vous sentez que votre érection, ou celle de votre partenaire, diminue, pas de panique. Cela va très vite se relancer, et l’orgasme sera aussi intense que si vous n’aviez pas eu de baisse de régime. Recommencer alors les caresses et les stimulations, doucement, pour relancer votre partie de sexe. Et c’est reparti de plus belle !

Une autre technique pour ralentir l’excitation est également de contracter son périnée, puis de le relâcher, pour évacuer les tensions qui s’y sont accumulées. Cela va créer comme une sensation de vague dans tout votre corps : l’excitation va monter à la contraction, le plaisir se diffuser dans l’ensemble de votre corps, puis va se retirer lentement. Et revenir, en vous emmenant un peu plus loin dans le plaisir, se retirer, revenir plus fort, … Jusqu’à l’orgasme explosif qui vous attend au bout du chemin !

Lorsque l’excitation est bien redescendue, vous pouvez reprendre vos ébats, puis, si votre point de non-retour repointe le bout de son nez, freinez à nouveau votre excitation, avec la même méthode. Et ainsi de suite, pendant le temps que vous voulez. Ou le temps que vous pourrez tenir, avant de ne plus pouvoir résister à un orgasme plus intense que jamais !

Alors, vous êtes prêts à vous entrainer au peaking ? Amusez-vous bien !

Photo : pexels

Sexualité : mode d'emploi

Les articles les plus consultés