Lettre à mon mari : « Je suis libertine »

 

Cette jeune femme a toujours été libre dans sa tête comme dans sa sexualité et cela lui a même parfois joué des tours. Longtemps, elle n’a pas su que ce qu’elle vivait et ressentait était en fait les graines d’un esprit libertin. Et puis un jour elle a eu la révélation et a compris ce qu’elle était. Seulement voilà, elle est désormais mariée avec un homme qui lui, ne conçoit pas que l’amour puisse se partager à plusieurs. Elle a donc décidé de lui écrire cette lettre.

« Mon chéri,

Toi et moi avons eu de merveilleux moments ensemble.

…Et puis aussi des plus difficiles. D’ailleurs, depuis quelques années, ce sont surtout ceux-là qui peuplent notre quotidien, si bien que nous nous y sommes habitués. Certes nous en sommes ressortis plus forts et plus complices. Mais notre sexualité en a grandement pâti. Nous courons tellement du soir au matin et du matin au soir, nous avons tant de travail, de contraintes, de stress, que nous nous en oublions mutuellement. Notre lit, ce lit qui autrefois accueillait notre passion, ce lit que je ne partage même plus avec toi, n’est désormais plus qu’un simple lieu de repos. Et peu à peu, nous nous noyons et nous éteignons  dans ce morne quotidien.

Seulement mon amour, je suis plus que cela.

Plus qu’un corps qui se nourrit, dort et travaille. Je suis une âme, je suis une flamme, je suis une passion. Et je ne demande qu’à être éveillée. Lorsque je prend le temps de rêver, lorsque j’autorise mon esprit à vagabonder pendant que mes doigts cherchent mon plaisir, alors je m’enflamme. Mes sens en ébullition se tendent vers des mains inconnues, des membres turgescents, des désirs incandescents qui se frottent à moi et réveille le volcan en moi. Je me sens alors tellement belle, tellement fière. Je me sens… Enfin moi. Et alors – Alors seulement ! – je peux être à toi.

Toute à toi.

Nous avons passé les dernières années à nous forger dans l’adversité et si nous tentions une autre voie ?

Si nous tentions de nous unir dans le partage et l’éveil des sens ? Si nous replacions le plaisir au centre de notre vie et de notre couple ? Je sais que dès lors qu’il s’agit de moi, tu n’es pas très partageur et que les termes d’échangismes et de pluralité sexuelle dépassent tellement ton imagination que tu ne peux même pas les concevoir. Et pourtant. Penses-tu vraiment que ce soit cela « aimer l’autre » : l’enfermer dans un couple et le laisser mourir à petit feu? Parce que l’amour ce serait tellement beau et pur que ce serait forcément exclusif, que cela ne devrait se garder que pour soi. Non, mon Chéri. L’amour c’est bien plus que cela.

L’amour, c’est de la générosité et du partage.

D’ailleurs, n’est-ce pas ainsi que tu préfères nos parties de jambes en l’air ? Quand je m’occupe de toi, quand je te prends dans ma bouche, quand j’embrasse ton gland avec cette douceur que tu aimes tant… Et bien cela ce n’est rien de plus que de la générosité et le partage. Alors quel mal pourrait-il y avoir à pousser le jeu plus loin encore ? À partager plus ? Et avec d’autres ?

Tu me parles de jalousie. Mais la jalousie, qu’est-ce que c’est, si ce n’est la peur de perdre l’autre ?  As-tu peur de me perdre mon amour ? As-tu peur que je te quitte pour un autre qui serait plus beau peut-être ou plus jeune ou plus musclé ? Mais comment voudrais-je quitter l’homme capable de partager avec moi une telle liberté de vivre et d’aimer, capable de m’offrir une telle passion ?

L’amour, c’est une communion de l’esprit et du corps,

… Une fusion de deux êtres, un partage, une complicité. Et moi, je t’aime tellement, que je refuse de continuer de ne vivre avec toi qu’à travers toujours plus d’épreuves. Je veux t’emmener dans un monde de plaisirs charnels et de liberté. Je veux te faire l’amour à côté d’autres gens qui nous regarderaient, se caresseraient puis un jour nous rejoindraient. Je veux me sentir en danger en te voyant prendre une autre femme que moi et éprouver ce besoin lancinant de te séduire et de reconquérir sans cesse. Je veux partager mon corps et le mien avec d’autres mais te réserver mon âme, mon cœur et ma vie. Je veux continuer de grandir à tes côtés.

L’amour, c’est accepter que l’autre ait besoin de prendre le large…

… Pour quelques heures, pour quelques fois, en sachant que nous restons son port d’attache. Je veux m’enivrer avec toi de liberté et de passion, partir, te revenir et pour toujours, t’aimer.

Car mon tendre amour, il faut que tu comprennes bien cela : je suis libertine. Et cela fait autant partie de moi que ma douceur, mon rire ou mes seins. Je ne peux pas m’en défaire, ne le pourrai jamais et si tu m’empêches de l’exprimer, de le vivre, je mourrai à petit feu dans le giron de notre amour.

Alors je t’en prie, découvrons ensemble cette autre façon de s’appartenir : soyons libertins à deux.

Ta douce « 

Photo : pexels

Les articles les plus consultés