Le plaisir passe-t-il par la connaissance de soi ?

La notion de plaisir est intimement liée à la sexualité. Nombreux·ses sont celles et ceux qui se demandent comment atteindre une voluptueuse plénitude avec leur(s) partenaire(s). Mais le plaisir n’est-il pas tout d’abord, une affaire personnelle ? Connaître son corps et ses zones érogènes ne serait-il pas le passeport vers la jouissance absolue ? On vous dit tout et sans tabous.

Le plaisir est une chose que l’on recherche sans cesse, comme l’eau dans une oasis.

Addictif, il ouvre une porte vers un bien-être physique et moral.

Avant de se partager ou de se décupler, le plaisir serait-il solitaire ? Faut-il s’explorer en solo pour mieux jouir ?     

Et si oui, quel est le mode d’emploi ?

Le plaisir, une affaire de sens ?

Le plaisir, on lui court après, on le réclame et on en a besoin. A ses côtés, la vie est plus belle, plus savoureuse.

Coupable de nous embarquer sur les rives de l’orgasme, que se cache-t-il derrière ce mot qui rime avec désir ?

Plaisir, qui es-tu ?

Le Larousse définit ainsi le plaisir : « État de contentement que crée chez quelqu’un la satisfaction d’une tendance, d’un besoin, d’un désir. »

Proche du bonheur, le plaisir est essentiel à la vie, comme l’air à nos poumons.

Même s’il se nuance à l’infini, le plaisir auquel on s’intéresse aujourd’hui est plutôt d’ordre sexuel. Celui-ci, tout comme les autres plaisirs, est intimement lié à nos sens.

Les sens, concubins du plaisir ?

Le plaisir se vit et se ressent par le biais de nos sens affutés.

La vue, l’ouïe, le toucher sont sollicités quand le plaisir rôde.

Ce n’est pas pour rien que ces sens sont en éveil pendant l’acte sexuel et aident à faire monter l’excitation : « Te regarder, te caresser, t’entendre jouir… »

Mais qu’est-ce qui déclenche réellement le plaisir sexuel ?

Déclencheurs d’extase

Il existe des stimuli extérieurs comme les phrases excitantes : « J’ai envie de toi », les aphrodisiaques, les jeux de rôles censés faire grimper notre température et notre libido.

Les stimuli internes nous renvoient à nos chères zones érogènes, siège de nos désirs.

Le plaisir, même si on y accède par de nombreux chemins, ne résiderait-il pas finalement dans la connaissance de notre propre corps ?

Apprivoiser son corps pour mieux le stimuler

Il est clair que si l’on souhaite ressentir du plaisir auprès de cet autre que l’on désire, il faut déjà savoir s’en donner à soi-même et cela passe nécessairement par la connaissance de soi.

Cher corps et si on faisait connaissance ?

Être à l’aise dans son corps permet d’avoir une sexualité plus épanouie.

Faire du sport, chouchouter son enveloppe charnelle, méditer sont par exemple d’excellents moyens de se connecter à son « moi intérieur », se réapproprier ce corps avec lequel on vit, on aime et on s’abandonne.

Pour écouter ses désirs, on peut également faire appel au toucher, l’ami intime du plaisir.

Le toucher, un aller vers le plaisir

Le toucher est sans conteste une porte vers l’exploration de son propre univers.

La main offre une infinité de perceptions par sa richesse en innervation, ses nombreux récepteurs sensitifs et l’architecture singulière de la peau qui la recouvre.

La maîtrise d’une telle sensibilité est la promesse de booster sa libido !

Plaisir : la masturbation pour s’explorer

Se caresser, se découvrir, savoir ce qui nous fait trembler, frémir, exploser… voilà le doux but de la masturbation.

Choisir un moment de totale relaxation pour se dédier à soi. On laisse ses doigts parcourir son torse/ses seins, on caresse son ventre, on s’attarde délicatement et en rythme sur son sexe, le long de ses cuisses. On insiste, on revient sur les zones qui nous font décoller et on se lâche totalement.

Le but est bien de se faire l’amour et de succomber à cet orgasme « Do it yourself ».

Vous préférez visualiser ? Explorez-vous avec la masturbation méditative ! En pleine conscience, on se focalise sur ses ressentis tout en vibrant grâce à un scénario piquant.

On peut choisir de s’explorer en solo ou avec son amant·e.

En effet, voir son/sa partenaire regarder et se masturber est très excitant et stimulant.

Qu’est-ce que cela apporte concrètement à notre sexualité ?Lire aussi l’article : La sexualité, ce n’est pas que la pénétration.

Les bienfaits d’un corps à corps personnel

Quand on connait son corps, on atteint plus facilement la jouissance et le plaisir ressenti est accentué. On peut même parfois, au détour d’un effleurement découvrir une zone vierge de frissons.

Lâcher prise, le pivot du plaisir

Quand on se détend, la production d’endorphine est à son maximum pour un bien-être total.

Moins stressé.e, on lâche prise plus facilement, le corps et l’esprit communient enfin.

Le plaisir féminin

Les femmes aussi se masturbent et comme les hommes, elles aiment ça ! Le plaisir féminin tend à s’émanciper des injonctions morales ! Il n’y a pas de honte à se faire du bien. La vulve, le clitoris, les seins, on n’en laisse pas une miette ! On ose éveiller sa sensualité pour se sentir comblée et apaisée.

Dans son livre, le petit guide de la masturbation féminine*, l’auteure, Julie Pietri, aide chaque femme à cultiver son plaisir par la connaissance de soi.

Meilleurs jeux

Apprendre à se connaître, c’est s’affirmer dans sa sexualité, ses envies et ses préférences. Alors qu’il est bon de communiquer avec l’autre afin de lui faire part de ce qu’on aime et de découvrir ce qu’il.elle aime aussi.

En symbiose, on joue et jouit plus facilement. Et puis on en profite pour sortir de sa zone de confort par la réalisation de nouvelles expériences.

Se connaître est une clef pour prendre et donner du plaisir. Savoir ce qui nous fait vibrer permet une communication libre et sans tabous avec l’autre.

Quand on ose dire, clamer, crier ce que l’on aime, on s’assure de jouir sans complexe !

Osez le plaisir avec NousLib !

Eva

Source :

*Le petit guide de la masturbation féminine de Julia Pietri aux éditions Better Call Julia.

Photo : pexels

Les articles les plus consultés