Devenez un homme « sourcier » : faites éjaculer votre femme

 

Les femmes fontaines s’entendent toutes sur une chose : leur partenaire a un rôle clé dans leur éjaculation. De tels hommes sont même appelés des hommes sourciers. Et vous, saurez-vous trouver la source du plaisir de votre partenaire ? Aider votre femme à squirter avec ces quelques conseils.

L’homme au centre du jeu

Ainsi que nous l’avons vu précédemment dans l’article « Femmes fontaines : qui sont-elles ? » la capacité d’une femme à éjaculer dépend de plusieurs choses :

  • Une certaine connaissance (mutuelle) de son plaisir
  • Son aptitude à lâcher prise
  • Donc une attitude bienveillante et respectueuse de la part de son compagnon

Débloquer ses freins

Les femmes ont tout un tas de freins psychologiques pour arriver à vraiment « se lâcher », le premier étant que la sensation d’éjaculation féminine est très proche de celle d’uriner. Le second étant qu’une femme qui éjacule, pardonnez-moi l’expression, ça fait tâche. Il va donc falloir en tout premier lieu travailler à détendre votre partenaire sur ces sujets-là.

Et pour ce faire, commençons déjà par ne plus parler de « syndrome » de femme fontaine, ni de « symptômes », car ce n’est pas une maladie mais une extraordinaire aptitude à se libérer complètement, une offrande de soi à son partenaire. Si déjà vous lui présentez la chose sous cet angle là, vous devriez gagner quelques points sur le chemin de la détente. « Tiens, un mecs open, qui n’a pas de problème avec mon corps ! » (Cf notre « Leçon de cunnilingus » pour en savoir plus sur ce sujet)

Ensuite, débloquez ses freins psychologiques en parlant clairement de la miction et de l’urine : dites-lui bien que vous êtes à l’aise avec ça (et soyez-le réellement) car elle, ne le sera sûrement pas ! Mettez-vous par exemple sur un pied d’égalité en lui parlant de votre propre éjaculation qu’elle accepte déjà. Alors pourquoi pas l’inverse ?

Guidez-la

Ensuite positionnez-vous en expert sur le sujet. Renseignez-la, expliquez-lui comment cela va se passer pour elle. En faisant cela, vous démontrez la sincérité de votre démarche et votre réelle volonté de l’accompagner dans la découverte de sa féminité. Dite-lui bien que le liquide qui va sortir d’elle est inodore, doux mais qu’il y en aura en grande quantité et que vous risquez de finir… Humides ! Mais que cela vous convient tout à fait. Si elle sait à quoi s’attendre (et vous aussi !) cela se passera d’autant mieux pour tous les deux.

Enfin, dites-lui bien que cela n’arrive pas dès le premier essai. Il faut souvent plusieurs tentatives avant d’y arriver. Et puis d’ailleurs, la clé majeure d’une éjaculation c’est le lâcher-prise nous l’avons dit. Avouez que ce serait assez ironique d’essayer de le contrôler !

Exercices pratiques

Enfin du concret ! Allons, allons, mâles impatients. Oui, nous allons vous donner une ou deux techniques de secrètes. Mais prenez tout de même le temps de bien vous attarder sur la première partie de cet article car nous ne vous le dirons jamais assez : la clé de l’éjaculation féminine c’est le lâcher-prise. Et celui-ci se situe dans le cerveau de votre chère et tendre, à la case « comportements sociaux » qu’il va lui falloir apprendre à éteindre. Et tant qu’elle n’y sera pas arrivée, vous pourrez jouer des pieds et des mains (ou plutôt des doigts et de la langue) autant que vous voudrez, vous n’arriverez à rien. Donc… Patience et discussions font plus force, ni que rage.

Le périnée, cet ami de l’orgasme

La toute première chose à faire pour une femme qui veut vivre cette expérience nouvelle, c’est muscler son périnée. Pour ce faire, vous avez bien sûr les exercices de Kegel qui sont un grand classique mais entre nous, pas des plus sexys. En revanche, vous pouvez les travailler à deux, ce qui est déjà un peu sympa. Une fois que Mademoiselle a situé où étaient les muscles en question, proposez lui de serrer votre sexe avec le sien lorsque vous êtes en elle. Vous allez voir, c’est très a agréable pour tous les deux ! Et cela permet de toute façon de décupler votre orgasme à tous les deux. De votre côté, lorsqu’elle s’amuse ainsi vous pouvez vous essayer de retenir votre propre éjaculation. C’est un excellent exercice pour durer plus longtemps !

Ensuite, toujours au sujet du périnée, il est possible de le muscler avec des boules de Geisha. Bien sûr elle peut se contenter de les mettre à la maison dans un premier temps, mais ce qui est encore plus exquis, c’est de sortir à deux et d’être les seuls à savoir qu’elle les a en elle. Certaines sont d’ailleurs équipées d’une télécommande, de quoi pimenter vos sorties !

Jeux de mains, jeux de … Sourcier !

Ensuite, passez à l’offensive. Vous êtes bien  l’aise tous les deux avec ce qu’il va se passer, c’est le moment de s’y mettre. Demandez à votre partenaire de contracter son périnée en pensant à des choses excitantes. Lorsque celui-ci est bien musclé, cette simple contraction suffit à lui donner du plaisir. Pendant ce temps-là, doublez vos chances et occupez-vous d’elle : sucez-lui les tétons, léchez-la, caressez-la, enfoncez vos doigts en elle, … Bref, faites-lui tourner la tête comme vous avez l’art de le faire ! Le tout est de la mettre dans un état d’excitation terrible ! Faites-la vibrer que diable ! Et vos doigts n’y suffisent pas, aidez-vous d’un sextoy !

Devenez son capitaine « crochet » !

Vous vous rappelez de lui ? Petit, à environ 4 cm de l’entrée du vagin et terriblement efficace pour faire jouir une femme. Eh bien il est votre cible. Insérez vos doigts (deux, c’est pas mal) dans le vagin de votre compagne, paume vers le haut. Puis pliez-les comme pour faire signe à quelqu’un de venir. C’est ce que l’on appelle la technique du « crochet ». À ce moment-là, votre belle devrait commencer à se tortiller un peu et vous à sentir sous vos doigts quelque chose de charnu et texturé. Félicitations, vous venez de trouver le fameux point G !

Soyez à l’écoute !

Maintenant stimulez-le. Appuyez la pression de votre « crochet » dans des mouvements de va-et-vient, puis circulaires. Testez, soyez à l’écoute, voyez ce à quoi votre compagne est le plus sensible. Dès que sa respiration se fait plus forte, qu’elle se tortille de plus en plus et en gros, commence à vous hurler des « Oh oui vas-y encore plus fort !!!« … C’est qu’a priori vous êtes sur la bonne voie. Donc poursuivez.

De manière générale, chaque femme étant différente, c’est votre partenaire qui va vous guider, alors écoutez bien ses instructions : plus vite, plus fort, ralentis, encore, oui, oui, oh oui, je sens que ça vient… STOP ! Maintenant, l’idée c’est qu’elle essaie de retarder le plus longtemps possible la montée de son orgasme. De votre côté, poursuivez vos assauts. Quand enfin elle ne peut plus se retenir, dites-lui de contracter son périnée (ou de pousser comme si elle allait expulser quelque chose, mais c’est de suite moins glamour comme image !). D’ici quelques secondes, vous devriez voir la source de votre belle couler hors de son sexe…

Félicitations, cher sourcier, vous venez de faire naître une belle fontaine !

Les articles les plus consultés