Comment cultiver le détachement en amour

Cultiver le détachement en amour est-il possible ? Attrait philosophique pour certain·e·s, expression d’un amour authentique pour d’autres, le concept de non-attachement fait de plus en plus d’adeptes. Et pour cause, il permettrait d’expérimenter le lâcher-prise, promesse de bien-être et d’acceptation des choses. Comment trouver le juste équilibre entre soi et l’autre ? Comment concevoir avec sérénité que tout prenne fin et ainsi renoncer à la peur viscérale de souffrir ? Explications.

Réussir à ne pas s’attacher dans le domaine affectif reflète une liberté de penser dénuée d’attentes primaires et d’injonctions sociétales. Comment se détacher de l’image du couple parfait fabriqué depuis l’enfance ? Peut-on être heureux·se sans rien espérer de l’autre ? Le véritable amour ne se cache-t-il pas dans sa capacité à aimer l’autre tel·le qu’il/elle avec ses forces et ses faiblesses ? On a mené l’enquête.

Une philosophie du cœur

La compassion illumine l’amour d’un soupçon de bienveillance.

Concept

Le non-attachement est un concept fondamental du bouddhisme. En effet, la philosophie de Bouddha perçoit l’attachement aux choses matérielles, aux personnes comme pouvant mener à une forme de souffrance. L’attachement est intrinsèquement lié à la notion de dépendance comme le mentionne le site Psychologies * : « […] le bouddhisme – se méfie au contraire de l’amour, qui crée une dépendance et ne peut manquer de faire souffrir. L’adversaire de la sérénité, de la paix intérieure, c’est l’attachement, qu’il soit à l’égard des biens matériels ou d’une personne. »
Dans le monde extérieur, tout est en perpétuelle transformation. Être détaché·e, c’est accepter l’impermanence des choses, accueillir les évènements avec plus de recul et de sérénité. Justement, comment adopter cette posture dans le domaine sentimental ?

S’émanciper des diktats

Cela commence par faire taire les attentes intérieures que l’on peut avoir sur l’amour. Envisager le mariage comme seule finalité d’une relation, avoir des enfants car c’est la norme, être dans une relation exclusive, etc. Ces exigences sont très souvent héritées des désirs véhiculés par la société qui tend à nous influencer sur la conception du bonheur amoureux. Se détacher du modèle « sacralisé » du couple, c’est s’ouvrir aux opportunités, à la nouveauté et prendre conscience de son caractère unique.

Se libérer de ses propres attentes

Le détachement en amour passe également par l’impasse sur ses idéaux. Ne pas attendre de son/sa partenaire qu’il panse les maux passés ou qu’il/elle se comporte de telle ou telle manière. En fait, c’est renoncer à l’image idéalisée qui avait pris vie dans notre esprit et accepter que ça puisse se passer différemment voire pas du tout. C’est voir l’autre au-delà du rôle qu’on lui a attribué : celui de nous aimer et de nous satisfaire. Quand on se détache de ses aspirations, il est plus aisé de ne pas côtoyer la frustration, la déception ou la colère.

Cultiver le détachement en amour

Un acte empli d’humanité et de sagesse.

Un travail sur soi

S’ouvrir au détachement nécessite de travailler sur soi et ses blessures passées. Déceler s’il s’agit d’une blessure d’abandon, de rejet, de trahison, d’injustice ou d’humiliation. Prendre le temps d’en comprendre l’origine et les réactions qui en découlent. Cela permet d’être acteur/actrice de sa vie et de réellement embrasser cette doctrine qui prône l’amour. Afin de reprogrammer son subconscient avec de nouveaux schémas, il est essentiel de faire la paix avec soi. L’attachement est une forme naturelle d’amour expérimentée dès la naissance et pourtant le seul lien qui prime est celui que l’on entretient d’abord avec soi.

Cultiver le détachement en amour : mode d’emploi

Il s’agit de trouver le juste équilibre entre attachement et détachement afin de ne pas mettre son bonheur entre les mains d’une tierce personne. Chaque être humain est responsable de son propre épanouissement et celui-ci ne doit pas dépendre de facteurs extérieurs. En effet, comme nous l’avons évoqué plus haut, tout est temporaire. Quand on a suffisamment confiance en soi et en l’autre, on laisse la relation s’exprimer par elle-même et non se conformer à ce que les autres ou la société pensent qu’elle devrait ressembler. L’amour se ressent en pleine conscience, de manière authentique et sincère. Peu importe la durée, l’intensité, ce qui compte, c’est d’être présent·e à soi et à l’autre.

Accepter ce qui est

L’autre versant du détachement repose sur l’acceptation. Accepter que la relation amoureuse puisse prendre un jour fin sans que cela ait d’incidence sur sa valeur. La vraie liberté commence quand on sait que rien n’est acquis. La peur de perdre l’autre devient alors secondaire supplantée par le bonheur d’être ensemble et d’en célébrer chaque moment. Le non-attachement c’est choisir l’amour au lieu de la peur. Eckart Tolle souligne cet aspect dans son livre Quiétude ** : « L’amour ne veut, ni ne craint rien. »

Cultiver le détachement en amour : avantages pour le couple

Un autre chemin qui mène à un amour pur.

L’instant présent

L’inquiétude prend rarement place dans l’instant présent. Elle est reliée au passé ou au futur. Quand on cultive le détachement en amour, on arrête de se focaliser sur un futur incertain ou un passé familier pour se concentrer sur le « ici » et « maintenant ». Sans la pression du résultat, la relation est dès lors vécue de manière plus authentique. Bien évidemment, il est bon de se projeter, hélas le futur ne détient pas le bonheur, puisque ce dernier réside et résidera toujours dans l’instant présent.

Cultiver le détachement en amour : accepter l’autre

Le non-attachement en amour c’est aussi accepter l’autre dans son entièreté. Voir son essence au-delà de ce qu’on attend de lui/elle ou des émotions qu’il/elle nous procure. Quand on est détaché·e, on réclame moins à l’autre et à soi. Le/la partenaire se sent plus libre, les rapports deviennent source d’enrichissement mutuel et d’ouverture à d’autres points de vue. Les défauts de l’autre sont accueillis avec moins de jugements. Les amant·e·s évoluent sans frein, car la perfection n’est plus un objectif à atteindre coûte que coûte.

Trouver un juste équilibre

Le détachement en amour c’est comprendre que l’autre n’est pas vital. C’est trouver l’amour sur un site de rencontre ou dans un coin de la rue, sans chercher à en contrôler le déroulé ou la finalité.
Le non-attachement c’est s’affranchir de la possessivité, du transfert de ses désirs ou de ses peurs. C’est vivre une relation où seul l’amour domine dans un lâcher-prise absolu.

Le détachement en amour est une magnifique leçon à apprendre, car elle permet de dépasser ses peurs pour les transcender en amour véritable. C’est quand on n’attend rien de l’autre que la joie peut rayonner. Le couple se réinvente comme il le souhaite, loin des espérances du passé et du regard de la société.

Eva

Tous nos Conseils Séductions pour les Rencontres et la Relation

Les articles les plus consultés