Connaissez-vous ces (autres) zones érogènes féminines ?

 

Les seins, le vagin et le clitoris, tout le monde connait bien. Mais savez-vous qu’il existe d’autres zones érogènes chez la femme ? Et même qu’il y en a tout un tas ! Messieurs, voici quelques clés pour bien exciter une femme.

Les zones érogènes primaires

 Ce sont les « plus traditionnelles », autrement dit, celles dont tout le monde a – au moins vaguement – déjà entendu parler :

  • le clitoris
  • le vagin
  • l’anus

Mais ce sont aussi les plus sensibles, les innervées, … Et du coup, pas toujours celles par lesquelles vous devriez commencer vos ébats. Mais cela on y reviendra plus loin.

Les zones érogènes secondaires

Ce sont des zones encore trop délaissées. Pourtant elles sont le terrain de jeu idéal de tout préliminaire qui se respecte ! Elles sont :

  • les mamelons
  • les grandes et petites lèvres
  • l’entrée du vagin
  • le pubis
  • le périnée

Mais que faire avec tout ça nous direz-vous ? Eh bien massez, caressez, léchez, sucez, mordillez[1] bref : stimulez-les ! Ces parties délicates et sensibles permettent d’exciter les zones érogènes primaires. Nous dirions même plus : correctement titillées, elles sont les garantes d’une partie de jambes en l’air dont vous vous souviendrez longtemps !

Les zones érogènes potentielles

Enfin dernière catégorie, les zones érogènes qui vont plonger votre partenaire dans un délice de sensualité. Leur potentiel érotique est malheureusement souvent ignoré :

  • la bouche et les lèvres (à caresser de vos doigts, de vos lèvres ou même de votre langue !)
  • les oreilles (titillez les lobes)
  • Les pieds (plantes, orteils) mais aussi chevilles !
  • Nuque, haut de nuque (oui, là, juste sous les cheveux) et gorge (oui, là, juste au-dessus de la poitrine)
  • Le ventre, le nombril et le bas ventre (par caresses avec les mains mais aussi avec la langue…)
  • L’intérieur des cuisses et l’aine (avec les mains si vous êtes en public, avec la langue si vous êtes moins habillés)
  • La poitrine (c’est-à-dire TOUTE la poitrine, pas seulement les mamelons)
  • Le derrière du genou (avec sa petite peau si fine et délicate)
  • Le bas de la cuisse, juste au-dessus du genou (idéal en massage)
  • Et enfin les fesses (la partie charnu, en caresses, griffades légères et massages)

Il en existe d’autres et toutes les femmes ne sont pas nécessairement sensibles à TOUTES ces zones-là. En fait tout dépend de chaque personne. Mais en grossissant le trait, vous pouvez retenir que chaque partie du corps possédant une peau fine et étant sensible aux chatouilles est potentiellement érotique. Il ne vous reste plus qu’à les tester sur votre partenaire.

Comment les stimuler ? (Ou le syndrome de l’interrupteur)

Bien sûr, cette classification est généraliste et, comme dit plus haut, elle peut varier d’une femme à l’autre. Mais statistiquement parlant, on peut dire que c’est déjà une base de connaissances assez solide.

Pour engager des ébats avec votre partenaire, l’idéal est de savoir jongler entre ces trois catégories de zones érogènes en fonction de leur degré de sensibilité et de l’état d’excitation de votre compagne. Par exemple, si celle-ci est d’humeur moyennement coquine, commencez par un massage sensuel des zones dites « potentielles ». Cela l’aidera à se mettre dans l’ambiance et à se détendre. Et surtout cela réveillera en douceur son érotisme.

L’erreur face à une femme qui « n’est pas d’humeur », ce serait d’attaquer dans le dur, directement par les zones « primaires » ! Car non Messieurs, une zone érogène ne fonctionne pas comme un interrupteur : ce n’est pas parce qu’on la stimule qu’automatiquement la libido de votre compagne passe en mode ON.

Au contraire ! Ces dernières étant ultra-sensibles, si votre partenaire n’est pas détendue ou réceptive, vos caresses pourraient très vite devenir désagréables voire même douloureuses ! À éviter absolument donc !

En revanche si celle-ci est d’humeur très coquine, vous pourrez jonglez entre toutes les zones mais en ayant conscience que plus vous vous attarderez sur des parties de troisième zone et plus vous la frustrerez. Or si la faire un peu languir est bon pour la libido en général trop de frustration tue l’excitation ! Comme en toute chose, soyez mesuré !

Un dernier conseil…

Bien sûr, aucune méthode n’est infaillible. Il est possible que malgré tous vos efforts, votre partenaire ne soit toujours pas excitée. Si c’est le cas, surtout ne le lui reprochez pas. Car rien de pire pour l’excitation d’une femme que de se faire mettre la pression ! L’idée c’est qu’elle se sente bien et en confiance avec vous et qu’elle sache qu’à aucun moment, accepter vos caresses l’engage à quoi que ce soit. Sans cette condition, elle se sentira toujours « obligée d’avoir envie » et préférera refuser vos caresses et massages plutôt que de prendre le risque de ne pas satisfaire vos attentes. Pas top, hein ?

[1] Notez bien : on a écrit « mordillez » et non pas « mordez ». La différence est TRÈS importante !

Photo : pexels

Les articles les plus consultés