Témoignage : mon trio HFF en détails !

On va se réchauffer un peu en ce nouveau lundi de confinement, avec quelque chose qui nous ferait bien envie en ce moment : un trio HFF ! Nous laissons en effet notre blog à Thomas, qui va nous raconter avec le plus de détails croustillants le trio HFF qu’il a réalisé il y a quelques mois, et qui ne sera pas le dernier apparemment, quand on l’écoute nous le raconter !

Trio HFF, mon graal niveau sexe !

Petite présentation rapide dans un premier temps, et après, c’est promis, on entre dans le vif du sujet ! Je m’appelle Thomas, j’ai 37 ans. Je suis libertin depuis 3 ans maintenant, après une rupture difficile où j’ai voulu arrêter de me prendre la tête avec des relations sérieuses. Je suis donc célibataire, et je coquine régulièrement sans penser au lendemain, avec des femmes qui cherchent la même chose que moi : du plaisir là maintenant, et chacun retourne ensuite à sa vie perso !

Je fréquente deux clubs libertins de ma région régulièrement, j’y vais pour enchainer les parties de sexe au gré de mes rencontres. Jusqu’à présent, je n’avais au final pas vraiment fait dans la pluralité niveau sexe. J’avais plusieurs partenaires par soir, les bons soirs, mais pas spécialement en même temps ! Par contre, j’adore l’exhib, alors, avoir des spectateurs pendant que je m’envoie en l’air, ça m’excite terriblement. Et pour ça, les clubs libertins c’est génial : des partenaires qui veulent du sexe sans lendemain et des voyeurs qui ne perdent pas une miette de nos ébats. Rien que d’y penser … Enfin bref, ce n’est pas le sujet aujourd’hui !

Reste que, même si le duo me convenait très bien, j’avais en tête, depuis quelques temps déjà, un fantasme qui ne me lâchait pas : un trio HFF. Déjà, le triolisme, c’est un peu mon graal, et je ne suis pas le seul à penser ça, non ? Mais si en plus il est avec deux femmes, rien que pour moi, c’est le rêve ! Je gardais donc ce fantasme dans un coin de ma tête, en attendant un peu qu’il me tombe dessus, je dois dire, jusqu’au jour où j’ai eu le déclic : et si je provoquais un peu le destin …

Et c’est ce que j’ai fait en proposant à Sandra, une amie libertine, bisexuelle, de m’accompagner à une soirée libertine dans notre club préféré !

Un trio de plus en plus chaud !

Cette soirée-là était une soirée à thème. Le thème était « les femmes au pouvoir » ou un truc du même genre. Ce type de thématique, ça a le don de rendre les femmes surexcitées, c’est génial ! L’ambiance était déjà survoltée à notre arrivée. Les femmes dansaient sur le bar, à moitié nues pour la plupart, les autres habillées tellement court et sexy qu’on en voyait quasiment autant que si elles étaient nues ! Mon amie m’a offert un verre au bar, un whisky coca bien tassé, puis un autre, et m’a entrainée sur la piste de danse. Je n’ai jamais été à l’aise avec la danse, mais bon ce soir-là je n’avais de toute façon pas beaucoup à bouger : les femmes se jetaient sur les hommes présents sur la piste, à se coller à eux, à les caresser, … et j’en ai bien profité, j’avoue ! Les mains baladeuses, les lèvres offertes à qui voudra, c’était génial cette osmose collective !

Et là, à un moment donné, c’est comme si la musique avait cessé et que mon fantasme de trio HFF avait pris forme dans la réalité, exactement comme j’avais pu en rêver : Sandra est revenue vers moi sur la piste de danse, tenant par la main une de ses amies, Nina, belle à tomber. Honnêtement, mais ça devait être le coup des whiskys coca, c’était comme si elles avaient fendu la foule, comme si les gens s’écartaient devant tant de sex appeal : deux brunes incendiaires, sexy à se damner, qui marchaient vers moi avec assurance. Et avec une idée derrière la tête, à n’en pas douter …

Les deux amies ont commencé à danser devant moi, en se caressant, en se frôlant. Sandra passait la main dans les cheveux de Nina, quand cette dernière passait les doigts sous sa robe, le long de sa cuisse. Elles s’embrassaient, leurs seins se frôlaient, … J’en étais tout excité, avant même d’avoir pu leur parler ! Elles se sont ensuite approchées de moi, et ont commencé à me toucher à mon tour. Je sentais leurs mains partout, leurs bouches à tour de rôle sur la mienne, leurs doigts hardis qui passaient sous ma chemise, qui effleuraient ma braguette, qui … c’était un délice. Après seulement quelques minutes, Sandra m’a proposé à l’oreille qu’on s’éclipse dans un coin câlins. Et comment ! J’en mourais d’envie, mon fantasme allait enfin être réalisé, plus de doute à avoir !

Dans le coin câlins, elles ont pris les devants directement. Leurs gestes et leur attitudes étaient clairs : elles allaient mener la barque, je n’avais qu’à me laisser faire ! L’une a commencé à me sucer, pendant que l’autre m’embrassait avec volupté. C’était direct ! Elles continuaient toutes les deux à se caresser en même temps, j’en prenais plein les yeux. Elles se sont ensuite déshabillées l’une l’autre, dans une danse lascive rien que pour mes beaux yeux. Je me dépêchai d’enlever moi aussi mes vêtements. Tous les trois nus, les délices ont repris, et j’en ai eu pour mon plaisir : deux femmes rien que pour moi ! Après m’avoir sucé à tour de rôle (j’ai eu tellement de mal à retenir mon orgasme, plusieurs fois !), elles ont commencé à jouer à deux : Sandra s’est allongée, et Nina lui a offert un cuni qui avait l’air de parfaitement lui plaire, à en croire les gémissements d’excitation qu’elle n’a pas tardé à pousser. Nina était à quatre pattes, les fesses remontées vers le haut, bien courbées, qui pointaient vers moi. L’invitation était claire, et bien trop belle pour la laisser passer : je l’ai pénétrée avec vigueur, directement en sodomie, et ses cris d’excitation étaient divins. Cette vue sur ces deux femmes en train de prendre du plaisir était tellement excitante, que je n’ai pas pu me retenir longtemps de jouir, cette fois-ci. Les deux femmes m’ont rejoint dans l’extase, on a joui tous les trois avec force. Mais apparemment elles n’en avaient pas assez ! Après quelques minutes où on a repris notre souffle, on a remis ça, en prenant un peu plus notre temps cette fois … mais cette fois je ne vous raconte pas, il n’y a que les coquins voyeurs présents ce jour-là qui en ont pris plein les yeux …  

Photo : pexels

Plan à Trois

Les articles les plus consultés