Hommes seuls : bienvenus en club libertin !

 

Entrée plein tarif, forte concurrence, image pas toujours reluisante, les hommes seuls peuvent parfois se demander s’ils ne sont pas la cinquième roue du carrosse libertin. Pourtant Messieurs, à condition d’adopter la bonne attitude, vous y êtes plus que bienvenus, soyez-en sûrs.

Les hommes seuls, persona non grata du libertinage ?

Ainsi que nous l’avions déjà mentionné dans un précédent article, il existe une multitude de façons de pratiquer le libertinage que l’on pourrait néanmoins rassembler en deux grandes tendances majoritaires.

  • D’un côté, nous avons des épicuriens qui adhèrent à un véritable état d’esprit et art de vivre libertins et pour qui, la pluralité sexuelle est un plus.
  • D’un autre côté, des aventuriers du sexe pour qui la pluralité sexuelle est une fin en soi et qui ne se targuent d’aucun état d’esprit particulier, simplement du « sport pour le sport ».

Ces deux groupes ont néanmoins cela de commun qu’ils adhèrent pleinement au concept premier du libertinage : la femme est reine et son consentement est son seul roi. Ce qui veut dire que c’est elle qui dit qui, où, quand et comment. Elle ne doit rien à personne. Celui qui ne comprend pas ou n’accepte pas cela, ne peut être libertin. Il se rangera alors dans les catégories beaucoup moins glorieuses des « affamés » ou pire encore des « morts de faims »

Les vraies plaies du libertinage

Nous avons régulièrement le plus grand déplaisir de croiser des personnes de cette espèce. Leurs commentaires les identifient d’ailleurs immédiatement comme tels : ils estiment que le fait de payer un droit d’entrée en club doit être une garantie de retour sur investissement. Ils font ainsi des calculs comparatifs de rentabilité par rapport à des rapports tarifés : jusqu’à 25 euros, ça vaut le coup de tenter mais il faut être sûr qu’il y ait des « femmes de qualité » pas de la « vieille« , ni de la « défraichie« . Au-delà, autant aller voir les prostituées. Avouez quand même que ça vend du rêve…

Il y a également ceux qui, sans être aussi extrêmes dans leur état d’esprit, ont toutefois une attitude assez peu respectueuse. Ceux qui n’ont que quelques heures pour trouver leur partenaire / proie du jour car après ça, ils doivent retrouver leur compagne à la maison par exemple. Face à l’horloge qui tourne, ils se montrent souvent trop insistants, ne savent pas savourer le spectacle des autres et cassent l’ambiance par leur empressement.

Alors oui, si vous appartenez aux deux catégories sus-mentionnées, vous n’êtes effectivement pas les bienvenus dans le libertinage. Car vous avez loupé une donnée essentielle de la sexualité en général et du libertinage en particulier : plus une femme se sent libre de réaliser ses fantasmes, plus elle se désirable mais aussi en confiance et en sécurité, et plus vous prendrez un pied incroyable avec elle. Si vous la respectez, elle vous emmènera dans des contrées incroyables, vous fera vivre des aventures complètement déjantées.

La bonne nouvelle ? Il n’est jamais trop tard pour évoluer. Voici le genre de choses qui arrivent à ceux qui respectent cette vision de la femme et de sa sexualité.

Les vrais libertins : des amants jamais seuls

Sur un forum, un jeune homme expliquait aux autres membres comment un club était « un bon plan pour niquer » (Charmant…) Et d’argumenter sa théorie ainsi : selon lui, la concurrence pour les hommes jeunes y était faible car la plupart des autres hommes présents étaient soit vieux, soit mal montés et en tout cas,  loin d’être des Apollons. (Il est possible qu’on ait quelque peu paraphrasé ce passage-là de son argumentaire).

Et effectivement, il y a bien une catégorie d’hommes qui est très recherché par les couples libertins et les femmes seules.  Mais là où ce cher Monsieur se trompe, c’est que si le critère physique peut être un critère de sélection, ce n’est pas le principal.

Ce que les libertins recherchent avant tout, ce sont des hommes en qui ils peuvent avoir confiance, qui se montreront respectueux et agréables. Bref, des personnes qu’ils auront envie de rappeler et vice-versa. Car, même si ce n’est pas systématique et même si cela n’implique pas nécessairement de sentiments, il n’est pas rare que les relations libertines durent dans le temps. Cela peut aller de quelques mois à plus longtemps encore. Finalement c’est un peu comme avoir un « plan cul » régulier : on sait que l’on ne fera pas sa vie avec, mais on est sûr de passer un bon moment. Du coup, on a toujours son numéro en speed-dial dans son téléphone. Et au moindre coup de chaud de Madame, devinez qui est-ce qu’on appelle ?

Ces hommes-là, ceux qui ne donnent pas l’impression de « baiser la femme des autres » sont très demandés. C’est pour eux que les amatrices de Gang-Bang viennent en club par exemple. Ce sont eux que les coquines des Glory Holes ont envie de sucer goulument. Ce sont encore avec eux que les femmes de candaulistes veulent s’envoyer en l’air sous le regard de leur mari.

Imaginez-vous l’emploi du temps d’un tel homme ? Au début, il a un peu galéré, c’est vrai. Vous savez le temps de montrer patte blanche au milieu de toute cette horde de loups. Mais une fois qu’il a commencé à se faire connaître, ses couples d’amants et ses maîtresses ont commencé à le rappeler, ils l’ont chaudement recommandé sur les réseaux, sa fiche s’est mise à crouler sous les compliments, le bouche-à-oreille a aussi pas mal fait effet. Et aujourd’hui, il a des semaines bien remplies. Il rencontre bien sûr ses réguliers et régulières, mais aussi des nouvelles têtes. Chacune l’entraînant dans de nouvelles aventures, dans de nouveaux réseaux, de nouvelles connaissances. Il acquiert de plus en plus d’expérience, il devient un meilleur amant et le cercle suit ainsi son cours vertueux. Vous voulez un exemple concret ? Alors allez donc voir Henri Kizomba de notre part et demandez lui à quoi ressemble désormais sa vie. (Retrouvez-le sur NousLibertins sous le pseudo : kizombasuave)

Bien sûr, il n’y a pas de formule magique pour vous transformer du jour au lendemain en serial sexeur à l’emploi du temps de ministre. La rentabilité ne peut pas se prévoir. Mais il y a une chose en revanche qui est certaine, c’est que sans le bon état d’esprit, vous ne ferez jamais qu’entrevoir les portes du paradis du sexe ! Avouez que ce serait quand même dommage…

Photo : pexels

Les articles les plus consultés