La revue Porno du mois : Five Hot Stories for Her

 

Erika Lust est n’est pas qu’une Suédoise qui vit à Barcelone. C’est aussi et surtout une réalisatrice de films pornos. Pardon. Une VRAIE réalisatrice de VRAIS films avec de VRAIS acteurs aux VRAIS orgasmes. Bref, la fille authentique quoi. Et justement, on a récemment visionné son premier long métrage, celui qui l’a placée sur la scène internationale du film pour adultes et fait d’elle l’un des leaders incontestés du bon porno : « Five Hot Stories for Her » (Cinq histoires pour elles).

Comment ça se présente ?

En réalité, il ne s’agit pas d’un seul film mais de plusieurs petites histoires (cinq donc…), un peu comme comme un joyeux pique-nique de fantasmes, dans lequel on ne picore que ce qui nous intéresse.

Qu’est-ce que ça raconte ?

« Something About Nadia » nous raconte l’engouement de trois femmes pour la muy caliente Nadia. Tatouée, percée, voluptueuse, extravertie, c’est la femme fatale moderne, à la barcelonaise. Elle travaille dans une boutique érotique et suscite bien du désir chez ses congénères.

Pourquoi on aime ?

  • Pour la scène lesbienne entre Nadia et sa charmante partenaire asiat’
  • Pour les scènes de masturbations féminines en solo (qui donnent des idées)

Pourquoi on aime moins ?

  • Parce qu’il y a trop de blablas (et que du coup ça ne fait pas une super ambiance de fond pour commencer les festivités entre nous à la maison)

« fuckyoucarlos.com » c’est l’histoire d’un footballeur a priori célèbre qui trompe sa charmante épouse. Pas franchement éplorée, la belle va en profiter pour faire une sextape avec deux des bons potes de son tendre mari. Ce qui déjà donne quelque chose de très intéressant à l’écran. Mais elle va pousser encore plus loin la revanche. On vous laisse découvrir comment par vous-même !

Pourquoi on aime ?

  • Pour les scènes de trio HHF qui sont franchement sympas, avec une nana qui n’est ni un morceau de barbaque qui se fait tamponner dans tous les sens, ni une dominatrice assoiffée de sexe et de revanche (bon ok, si un peu quand même…Mais la cravache en moins)
  • Parce que les acteurs sont plutôt charmants, surtout celui avec la chevelure de Ken là, qui a l’air de drôlement bien maîtriser le cunni…

Pourquoi on aime moins ?

  • S’il faut vraiment trouver un petit détail sur lequel pinailler, on dira le Monsieur Bande-mou de l’histoire qui n’arrête pas de se chatouiller la nouille pendant que ces copains s’amusent, ça fait un peu tâche dans la scène de trio. Mais mis à part ça, vraiment rien à redire.

« Married With Children » parle d’un couple qui se sort de son quotidien morose grâce à un petit jeu de rôle à tendance SM dans lequel Madame est la soumise.

Pourquoi on aime ?

  • Parce que ça peut donner des idées à ces Messieurs…
  • Pour le masque du Maître so Carnaval de Venise !

Pourquoi on aime moins ?

  • Parce que c’est un peu trop gentiment « 50 nuances de« 
  • Parce que la scène de Mamours qui suit casse complètement l’ambiance du jeu de rôles

« The Good Girl » c’est la bonne copine, la timide qui n’ose jamais rien et à qui sa meilleure copine raconte ses extraordinaires péripéties sexuelles. Ce qui a tendance à légèrement la gaver d’ailleurs. Parce que elle, les histoires de « Oh mon Dieu, le réparateur de la machine à laver était tellement canon, et il m’a prise en levrette sur le canapé… », ben ça ne lui arrive jamais. Et du coup elle commence un peu à désespérer. Sur ces entrefaites, elle va prendre une douche, et c’est justement le moment que choisit un charmant livreur de pizza pour venir sonner à sa porte. Suspens, hein ? (SPOILER ALERT : ils finissent par baiser dans tous les sens).

Pourquoi on aime ?

  • Parce qu’on l’aime bien la bonne copine timide et qu’on a bien envie qu’à elle aussi, il lui en arrive aussi des trépidantes aventures de sexe
  • Parce que le livreur de pizza est loin d’être crado et que ça donnerait envie de se faire livrer plus souvent tout ça…

Pourquoi on aime moins ?

  • Parce que l’actrice est quand même bien cruche
  • Parce qu’il y a trop de blablas au téléphone avec sa pote

 

« Breakup Sex » enfin, raconte comme son nom l’indique une scène de sexe de rupture. Mais entre deux types.

Pourquoi on aime ?

  • Pour les étreintes viriles entre deux beaux mecs

Pourquoi on aime moins ?

  • Parce que le jeu d’acteurs n’est pas crédible cinq minutes dans leur scène de dispute / bagarre / baise
  • Parce que oui, les bisous gentillets, c’est bien hein. Un peu. De temps en temps. Mais pas à outrance. Et surtout pas dans une scène de sexe hard !

Notre avis sur « Five Hot Stories for Her »

Globalement c’est un film intéressant qui change clairement du Gonzo à Papa type « Défonce-moi par tous les trous » et autres « Blanche fesse et les septs mains« . Ici on retrouve de vrais personnages avec des raisons plutôt valables de se tricoter le trilili (autres que « Bonjour, je passais dans le quartier et j’ai vu votre érection… ») On aime bien aussi la qualité des plans, le grand angle qui permet de découvrir vraiment les acteurs (Oh my god, il y avait donc un visage au bout de ce membre ?!), acteurs qui sont même bien charmants, plus encore que dans le porno tradi. On apprécie enfin un peu de dialogue histoire de situer l’histoire, la relation entre les personnages et au final de créer une ambiance.

Par contre, au bout d’un moment, il faut admettre que trop de dialogue tue… Non pas le dialogue, mais plutôt l’érection. Disons que si vous décidez de regarder ça en couple, niveau ambiance de fond, c’est un peu les montagnes russes : on passe de culottes mouillées en demi-molles, c’est un peu agaçant… Manque aussi quelques bons gros plans de sexe qui dégoulinent, pour le coté vraiment excitant. Reste enfin qu’il faut accrocher à ce format de plusieurs petites histoires qui sont la griffe de la réalisatrice qui a par la suite carrément lancé sa série des « Xconfessions« . En tout cas, nous, ça nous a donné envie d’en savoir plus sur son univers.

Et vous, vous avez un bon porno à nous conseiller ?

Photo : pexels

Libertinage : pratiques et conseils

Les articles les plus consultés