Libertinage et bisexualité

On associe souvent libertinage et bisexualité. A tort ou à raison ? Et pourquoi ? Faudrait-il nécessairement être bi pour être libertin.e ? Et puis d’abord, être bi, c’est quoi exactement ?

Pourquoi bisexualité et libertinage sont-ils souvent associés ?

Prenons quelques minutes pour revenir aux fondamentaux et nous souvenir de deux choses :

  • La première c’est que le libertinage, dans sa forme originelle, était la volonté/le fait de s’extirper du carcan moral et religieux imposé par la société et l’église. Pour rappel, à l’époque, la seule position autorisée par l’Eglise était le missionnaire. Dans le noir . Et uniquement à des fins de reproduction. La grosse éclate du samedi soir, quoi.
  • La seconde c’est que bien que le libertinage ne soit pas forcément et systématiquement synonyme de pluralité sexuelle, ça en demeure tout de même la cerise sur le gâteau, l’objectif intrinsèque à plus ou moins long terme pour bon nombre de libertin.e.s.

En partant de là, on note également que lors d’une partouze, ce sont – le plus souvent – les femmes qui font le premier pas. Les premières mains sur la cuisse, les premières caresses, les premiers baisers sensuels inter-couples, ce sont elles. Pourquoi ? Sans refaire le monde ni entrer dans les détails, disons que dans l’imaginaire collectif, deux femmes qui s’embrassent, ce n’est pas de la bisexualité mais du jeu érotique. Alors que deux hommes qui se caressent, de suite, ça devient compliqué en terme d’étiquettes.

De la même façon, à moins d’être face à un couple candauliste, connu ou tout simplement particulièrement ouvert, il est délicat pour un couple de draguer l’autre couple via personnes de sexes opposés. Cela pourrait être pris comme un manque de respect et gâcher le reste de la soirée. Donc de manière générale, ce sont ces dames qui ouvrent le bal. D’où cette idée assez répandue que la plupart des libertines sont bi.

La bisexualité, une obligation pour être libertin.e ?

Il faut admettre que si l’un de vous au moins n’est pas bi (ou en tout cas  pas très à l’aise avec une personne du même sexe, nue, à proximité de vous), vous allez très vite limiter vos possibilités en termes de pluralité sexuelle. Les trio seront déjà clairement hors-jeu, ou alors en instaurant des règles très strictes de tu-me-touches-pas-je-te-touches-pas qui sont quand même un peu tue-l’amour. Les partouzes sont assez délicates également, parce que vous savez ce que c’est, dans le feu de l’action, sans forcément vous prendre un sexe dans le derrière, disons qu’il y a quand même une certaine promiscuité… Vous reste alors le partagisme au sens large.

Mais là encore, comme dit plus haut, il est d’usage que ce soit les femmes qui fassent le premier pas. La plupart des libertins supposeront donc que vous êtes bi Madame. Aussi, si ce n’est pas le cas, vous faudra-t-il bien spécifier sur votre  profil qu’aucun de vous ne l’est. Ou bien le préciser lors de votre approche live mais tout en subtilité pour ne pas faire fuir vos amants potentiels. Bref, il n’est pas obligé d’être bi pour être libertin.e… Comme il n’est pas obligé de pratiquer la pluralité sexuelle… Mais soyons réaliste, ça aide un peu quand même.

Ne confondez pas bi et … Bi.

Eh oui, il y a plusieurs degrés de bisexualité. Ainsi, une personne pourra simplement fantasmer sur une personne de même sexe et être « bi-friendly ». Une  autre sera attirée physiquement et se contentera de jeux érotiques… Ou même d’activités tout de ce qu’il y a de plus sexuelles. Enfin, une autre encore, sera susceptible d’être attirée physiquement ET affectivement par des personnes de même sexe. Et dans chaque catégorie, il y aura encore une nuance de « préférence » à apporter. Certaines seront attirées par les deux sexes à 50/50, d’autres plus, d’autres moins. Il n’y a pas de règle, ni d’absolu. Il n’y a pas de bisexuel.le lambda. Et dans tous les cas, la bisexualité n’est pas une question de choix mais d’identité.

Donc résumons. Si vous n’êtes pas du tout, mais alors du tout, du tout, du tout bi-friendly, mais que vous avez quand même des velléités de libertinage, ne vous inquiétez pas – et surtout ne vous forcez pas ! – la bisexualité, n’est pas un prérequis. Certes, ça facilite les choses si vous êtes partagistes. Mais encore une fois, pas d’obligation.

Et si vous êtes plutôt open, alors, tant mieux pour vous, parce que finalement, cela ouvre grandement le champ de vos possibilités. Si l’on y pense bien : toutes personnes de + de 18 ans est un partenaire potentiel ! Plutôt cool, hein ?

Mais quel que soit le sexe de vos partenaire, rappelez-vous que ce qui compte au final, ce n’est pas le genre de vos partenaires, mais le plaisir et le respect mutuel que vous vous apporterez.

Photo : pexels

Libertinage : pratiques et conseils

Les articles les plus consultés